Appel à la raison des grands clubs

Ces mêmes grands clubs défrayent la chronique à chaque début de saison par des transferts à sensation. Leur réunion à Bruxelles a lancé un appel à la raison à l’ensemble des équipes du vieux continent en prônant notamment une limitation de la masse salariale. Le G-14 espère ainsi mettre fin à une politique de surenchère aveugle pouvant mettre leur existence en péril.
Cette association des plus importants clubs de l’Europe n’est pas encore reconnue de l’UEFA. Elle a annoncé que pour chaque exercice comptable à partir de la saison 2005-2006, « la masse salariale totale de chaque club membre du G-14 sera limitée à 70 % de son chiffre d’affaires audité ». Une chose est sûre. Ces clubs vivent largement au-dessus de leurs moyens avec des masses salariales très lourdes qui feraient frémir l’industriel le plus audacieux.
Cette réunion s’est tenue à une semaine de la clôture de l’appel d’offres de l’Union européenne de football (UEFA) pour la vente des droits TV de la Ligue des Champions. Le G-14 estime que cette importante source de revenus pour les clubs va connaître une baisse sensible, ce qui ne manquera pas de se répercuter sur les salaires des joueurs.
Paradoxalement, ce sont les championnats nationaux qui suscitent le plus d’intérêt chez les spectateurs et téléspectateurs, même si c’est la Ligue des Champions qui rapporte le plus d’argent aux clubs. Prenons l’exemple du Bayern Munich. Même si le club bavarois domine le championnat allemand, son élimination précoce en Ligue des Champions risque de lui faire perdre de 30 à 40 millions d’euros. Et le club n’est pas le seul à souffrir de la situation. « Quand le Bayern perd, tout le monde perd », commente ainsi un président de club français, membre du G-14.
L’idéal pour ces grands clubs d’Europe serait de disputer un championnat européen en vase clos, à l’image du championnat nord-américain de basket-ball (NBA). Ce projet a failli voir le jour en 1998. Seulement, plusieurs entraves ont surgi en cours d’application. « Le produit football ne se consomme pas à la télévision de la même façon dans les divers pays européens », souligne le responsable sportif d’une chaîne cryptée.
Pour l’UEFA, le sport doit primer. « Nous ne devrions pas toujours être à la recherche du plus grand profit dans le temps le plus court, ni rendre l’accès aux téléspectateurs difficile et cher », estime son président, Lennart Johanson. Le football coûte-t-il de plus en plus cher ? Apparemment oui, vu les coûts exorbitants.
Mais la diminution de ces derniers en indexant par exemple le salaire des joueurs sur les performances de leur club, ne veut pas dire pour autant que le football a perdu de son intérêt et qu’il se vend moins bien. « Au contraire, tout le monde veut du produit football au risque de banaliser le spectacle », regrette-t-on à la Fédération internationale (FIFA).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *