Chamakh négocie son transfert

Chamakh négocie son transfert

Convoité par plusieurs équipes européennes, dont la dernière en date est l’Olympique Lyonnais, Marouane Chamakh ne sait plus à quel saint se vouer. L’ambition d’évoluer sous d’autres cieux et de s’élever que l’attaquant marocain nourrit ne semble avoir d’égal que la résistance dont son actuelle équipe de Bordeaux, club de Ligue 1 française, fait preuve.
Dans des déclarations marquées par une certaine retenue, comme pour ne pas  envenimer ses rapports avec les dirigeants bordelais, l’international marocain n’a pas caché son désir de rejoindre Lyon et son souhait que les discussions concernant son possible transfert reprennent. Pour le joueur, c’est «encore du 50-50». « Lyon est une opportunité qui ne se refuse pas et rejoindre ce club m’intéresse, même en tant que 3e ou 4e attaquant », a estimé le joueur dans des déclarations relayées par l’AFP. Décidé à changer d’air, Chamakh a rappelé cependant qu’il n’était «pas du genre à taper dans les portes et à mal se comporter vis à vis de son club ». « Si ça se fait, tant mieux, sinon, tant pis », s’est contenté de conclure. C’est dire que c’est le dialogue qui prime. Même si le président du club bordelais, Jean-Louis Triaud, est catégorique. Pour lui, Chamakh est «intransférable ».
Indispensable, le buteur des Girondins n’intéresse pas « beaucoup de monde », comme l’avait rapporté le quotidien sportif français « L’Equipe ».
Avant d’être approché par les Lyonnais, pour un contrat de quatre ou cinq ans, « le talentueux et élégant » international marocain a également été approché par l’Inter Milan et l’Ajax Amsterdam qui étaient « venus à plusieurs reprises» le superviser. L’Olympique de Marseille était également en lice pour s’accorder les services d’un joueur sous contrat jusqu’en 2009 avec Bordeaux. « L’Equipe » avait rapporté dernièrement que le montant du transfert de l’international marocain serait de huit millions d’euros (88 millions DH).
Au caractère attirant que représentent ces grandes équipes s’ajoute que Bordeaux est loin d’être au top niveau. S’il y reste, chose qui se confirme de jour en jour, Chamakh, 21 ans à peine et déjà 10 buts inscrits cette saison, ne pourra disputer aucune Coupe européenne. C’est dire que celui que son compatriote Talal El Karkouri qualifie, non sans admiration, d’« insolent de culot à seulement 20 ans », a fort à perdre. La marche vers la gloire du  « très tonique et technique » Chamakh, celui qui «  va vite et ne doute de rien » risque d’être quelque peu entravée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *