Coupes africaines : Le WAC in, le HUSA out

Les «rouge et blanc» sont partis sur les traces de leurs frères ennemis, les diables verts, en réalisant une excellente performance lors des huitièmes de finale en Coupe des Coupes. Le match retour disputé par le WAC face à Al-Hillal de Benghazi, au complexe sportif Mohammed V, rappelle en effet la prestation réalisée deux jours auparavant par le RAJA contre le FC 105 (6-1), en huitièmes de finale de la Coupe de la CAF.
Auteurs d’un nul positif lors du match aller, les Wydadis jouaient ce qui pouvait s’apparenter à un match de routine. Ils se devaient cependant d’être vigilants et bien gérer les 90 minutes. Une toute petite marque avait la propension de les propulser en quart de finale.
Les hommes de Hassan Benaâbicha ne se contenteront pas de cet axiome et enfonceront leurs adversaires d’Al-Hillal par 4 buts aussi beaux les uns que les autres. Tenants du titre, les Wydadis allaient ouvrir la marque à la huitième minute, sur un ballon arrêté tiré par Jean-Jacques Gosso. Le tir sèmera la confusion et se frayera un chemin, entre défenseurs et gardien, jusqu’à se loger au fond du filet.
Après cette réalisation, les Casablancais furent confrontés à une rude opposition et le ballon dominé, le restant de la première période, par les joueurs d’Al-Hillal qui cherchaient la faille. De retour des vestiaires, les Wydadis monteront plus de combativité et menaceront à reprises consécutives les filets de Houti, qui les a vaillamment défendus le long de la rencontre.
Une vingtaine de minutes plus tard, le WAC, qui a mis du cœur à l’ouvrage lors de cette seconde période, changera de ton et rompra avec les tentatives stériles. En moins de dix minutes, le WAC allait bouleverser le score et réaliser trois marques.
Le Hassania d’Agadir a, quant à lui,  abdiqué devant le gros calibre qu’est l’ASEC Abidjan et est revenu bredouille de la Côte d’Ivoire où il a été tenu en échec (1-0) au stade Félix Houphouët-Boigny. Les Gadiris quittent, de ce fait, la Ligue des Champions, après avoir raté l’opportunité de vaincre l’ASEC lors du match aller à Agadir.  Après un forcing qui allait durer toute la seconde période, l’ASEC Abidjan ouvrit la marque à la 61e minute, lorsque Soro Adama disposa d’une ouverture judicieuse. Lors de cette rencontre, l’arbitrage a une fois de plus été médiocre. Notamment lorsque Jamal Aboul Maghar fut fauché dans la surface de réparation par le gardien de l’ASEC. L’arbitre de la partie, le Gambien Sowé Modou, lui donna sans vergogne un avertissement, à la grande surprise du HUSA et de ses dirigeants qui réclamaient le penalty. En dépit de sa disqualification, le HUSA sort la tête haute de cette rencontre et a démontré que désormais il faudra compter avec lui.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *