El Jennati, un parcours exemplaire !

Mohamed El Jennati, arbitre international qui a fait son entrée dans le monde du tennis mondial en 1992, a un calendrier chargé. Car aujourd’hui, il figure parmi les 42 arbitres de tennis les plus sollicités. De Doha à Valence en passant par Bostad (Suède) et Amersfoort (Pays-Bas), ce Marocain, très connu au sein de la Fédération internationale de tennis (ITF), a arbitré dans les plus grands et prestigieux tournois de l’ATP.
Ayant fait ses débuts comme juge de ligne, Mohamed El Jennati a pu s’imposer comme arbitre international professionnel. Et c’est en gravitant les échelons qu’il est devenu juge de chaise.
Modeste mais aussi timide, ce jeune arbitre, originaire de Casablanca, a parcouru un long chemin avant de faire partie de l’élite.
Depuis 1992, Mohamed El Jennati évolue discrètement dans un bon nombre de tournois internationaux à travers les quatre coins du monde.
Mais c’est en 1986 qu’il a fait ses premiers pas au Maroc. À cette époque, il avait arbitré la finale du tournoi international juniors au Stade Olympique de Casablanca. Un début qui fut très prometteur. Ensuite, il a passé tous ses grades, stagiaire, régional, 1er et 2ème degrés avant de réussir le grade d’arbitre fédéral et, enfin, celui d’arbitre instructeur. Son secret se résume en deux mots : ambition et rigueur.
Pour être un bon arbitre, il faut bien sûr être rigoureux. Lors de chaque tournoi, le seul souci de ce globe-trotter est de se conformer à la stricte application des règlements sans que la pression du public n’ait d’effet sur lui. Une tâche certes difficile, mais qu’il exécute toujours avec une grande détermination.        
Mohamed El Jennati a passé son premier examen en tant qu’arbitre international en 1992 à Casablanca, lors des phases qualificatives aux Jeux Olympiques de Barcelone. Mais le tournant de sa carrière reste les internationaux de Roland Garros, en 1991, où il était juge de ligne.
En 1998, cette carrière internationale a pris un nouveau tournant avec un passage à succès du level 3 school, autrement dit, le badge bronze.  Les examens de ce grade ont eu lieu en Espagne. Ainsi, notre jeune et ambitieux arbitre est devenu une référence en la matière. Il est en effet adhérent d’un club fermé qui compte pas plus de 42 juges de tennis de par le monde. Les seuls qui détiennent le badge d’argent, un passage qu’il a réussi fin 2000. Mohamed El Jennati est aussi un homme de nostalgie qui aime retrouver ses racines.
C’est toujours avec grand engouement qu’il retrouve le Maroc, notamment le Grand prix Hassan II. Sa première participation au plus prestigieux tournoi de tennis au Maroc a eu lieu en 1987. Le Grand prix se jouait, à l’époque, à Marrakech. Depuis, le tournoi de Casablanca est devenu un rendez-vous à ne pas manquer sur l’agenda trop chargé de l’arbitre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *