F. Jamal : le rendement pour critère

F. Jamal : le rendement pour critère

ALM : Comme Badou Zaki et Mustapha Madih, vous avez fait appel aux services des joueurs marocains évoluant à l’étranger. Pourquoi ?
Fethi Jamal : C’est un choix qui s’est imposé de lui-même. Je l’ai fait pour hisser le niveau de compétitivité de l’équipe nationale. Il faut regarder la réalité en face. Le niveau de notre championnat est faible. Mais j’ai fait ce choix tout en laissant la porte du Onze national ouverte à tous les joueurs qu’ils viennent du Maroc ou d’ailleurs.
Le dernier rassemblement qui a eu lieu le 18 avril dernier, à Avignon, avait pour objectif la prospection des jeunes joueurs évoluant en France. Il s’agissait de dégager les meilleurs éléments à même de renforcer les rangs de l’équipe nationale. Dans toute opération de sélection, le critère le plus déterminant dans le choix des joueurs est le rendement. Un joueur évoluant à l’étranger doit être meilleur qu’un joueur évoluant dans le championnat national.
Combien de joueurs vous avez supervisés jusqu’à maintenant?
En tout, nous avons supervisé 26 joueurs et nous n’en avons retenu que 13. L’équipe nationale juniors compte aujourd’hui 30 joueurs. Maintenant que le travail de prospection est achevé, nous allons passer à l’étape suivante, à savoir l’étape de sélection. Nous allons disputer deux matchs amicaux. Le premier sera contre le Mali à Bamako, le 16 ou le 17 juin prochain. Le deuxième, face à l’Egypte, est prévu fin juin au Caire. Ce n’est qu’après ces deux rencontres tests que l’on va établir la liste définitive des 22 joueurs qui disputeront les phases éliminatoires de la Coupe d’Afrique juniors.
Dans votre travail de prospection, est-ce que vous avez eu des problèmes avec les clubs de ces joueurs ?
Il faut dire qu’on n’était pas bien accueilli. Il y avait une certaine réticence de la part de ces clubs. Ils sont même allés jusqu’à exercer une pression sur lesdits joueurs. Comme quoi ils risquent de perdre leur place au sein de leurs clubs au cas où ils décideraint de rejoindre l’équipe nationale. Et comme c’est la fin de la saison, c’est le moment idéal pour eux de faire signer ces joueurs. Ce qu’il faut souligner à ce niveau c’est qu’il y a une volonté réelle de la part de ces joueurs de défendre les couleurs nationales.
Vous, en tant qu’entraîneur de l’équipe nationale juniors, comment jugez-vous le niveau des joueurs évoluant à l’étranger ?
Sur le plan technique et tactique, ils sont en avance par rapport aux joueurs qui disputent le championnat national. C’est un fait. Ils sont d’un très bon niveau. Ce qui leur manque c’est leur intégration en équipe nationale. Et là ce sera notre travail.
C’est à nous de favoriser leur intégration car cela va nous permettre d’élever le niveau de compétitivité de l’équipe et partant réaliser nos ambitions.
Quelles sont les prochaines échéances de l’équipe nationale juniors ?
Après les deux rencontres amicales contre le Mali et l’Egypte, nous allons attaquer les phases éliminatoires de la CAN.
Notre premier match sera contre l’équipe de la Gambie à Casablanca, le 18 juillet prochain. Le match retour aura lieu le 1er août. Si on arrive à passer ce premier tour, notre prochain adversaire sera le vainqueur de la rencontre Algérie-Niger.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *