Foot-Dopage : Rio Ferdinand risque gros

« Il ne fait aucun doute, selon moi, que Rio Ferdinand ait été préjugé par la Fédération anglaise de football », a déclaré Neville, dans une tribune au quotidien anglais The Times. « Certes, il ne s’est pas soumis à un test antidopage, mais il méritait d’être entendu avant qu’on ne commence à le sanctionner », a encore estimé Gary Neville, représentant des joueurs au sein du Syndicat des joueurs professionnels (PFA). « D’autres joueurs ont omis de se présenter à des tests antidopage et n’ont pas été suspendus, alors que Rio a été puni avant même d’avoir la possibilité de s’expliquer », a lancé l’international anglais. Ferdinand, écarté de la sélection anglaise pour le match décisif de samedi en Turquie (0-0) dans le cadre des qualifications à l’Euro-2004, risque jusqu’à deux ans de suspension si la FA juge qu’il a volontairement refusé de se soumettre à un contrôle antidopage inopiné en septembre. « Concernant la question de la confidentialité, les joueurs ont été extrêmement choqués », a également expliqué le défenseur de « MU ». Mercredi, par la voix de son directeur général, la FA, mise en cause, avait expliqué n’avoir « à aucun moment transgressé le principe de confidentialité ». Neville a également défendu l’attitude de l’équipe anglaise qui, à trois jours du match en Turquie, avait brandi la menace de grève, pour protester contre la décision de la FA: « Les joueurs de MU au sein de la sélection savaient qu’ils devaient faire quelque chose. Nous avons été satisfaits de voir que les autres joueurs nous soutenaient. Nous avons fait ce que nous pensions être juste pour aider un partenaire sanctionné ». « Aucun de nous ne tolère le dopage, aucun de nous ne prend à la légère les contrôles antidopage, mais nous pensons aussi que Rio, sanctionné avant tout procès, avait besoin de notre loyauté et de notre soutien », a ajouté Neville. Deux chefs d’accusation sont envisageables contre Ferdinand : absence à un contrôle antidopage ou absence volontaire. Dans le 2e cas, le joueur risque jusqu’à deux ans de suspension ferme. Mais l’international, qui avait plaidé l’oubli en prétextant qu’il était occupé par son déménagement, compte sur la clémence de la FA du fait qu’il s’était soumis 36 heures plus tard à un autre contrôle, finalement négatif. Entendu lundi par la commission de discipline de la FA, Ferdinand devrait être fixé avant la fin de la semaine sur les charges retenues contre lui et sur sa sanction possible.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *