Hand : un plateau alléchant

Hand : un plateau alléchant

L’équipe française de handball affrontera son homologue allemande en demi-finale du Championnat du monde masculin, jeudi à Cologne, sous le spectre de sa défaite devant la "Nationalmannschaft", quatre ans auparavant, au même stade de compétition du Mondial-2003 au Portugal.
À l’époque, les Français avaient été battus sur le fil (23-22) par leurs voisins du nord, pour se contenter finalement de la médaille de bronze, après leur victoire (27-22) sur l’Espagne en match de classement. Quant aux Allemands, ils avaient terminé deuxièmes après leur défaite (34-31) devant la Croatie en finale.
L’équipe française n’en est pas, en fait, à sa plus ancienne déroute contre son rival allemand en championnat du monde. Les deux équipes se sont retrouvées récemment au tour principal du Mondial-2007, et c’était une fois de plus les Allemands qui avaient remporté la victoire (29-26).
Toutefois, cette dernière contre-performance peut être, paradoxalement, bénéfique pour les Français, dans la mesure où le coach Claude Onesta aurait relevé les dysfonctionnements à l’origine de la défaite et préparé les remèdes. L’équipe de France pourrait également bénéficier d’un éventuel excès de confiance de son adversaire. Pour sa part, l’équipe allemande, entamera ce duel avec un avantage psychologique considérable, en l’occurrence le soutien inconditionnel du public et un moral "boosté" par un excellent parcours, notamment la dernière victoire en quart de finale sur l’Espagne, championne du monde en titre.
Les deux parties seront davantage mises sous pression, réalisant bien l’enjeu de cette rencontre, dont le vainqueur aurait de grandes chances de remporter le titre.
Mais se serait sans compter avec les deux autres demi-finalistes (à Hambourg), à savoir la Pologne et le Danemark. Les deux formations en sont à un stade de compétition qu’ils n’ont pas atteint, il y a plusieurs années. Pour les Polonais, la meilleure performance est une troisième place en 1982, alors que le Danemark avait déjà terminé deuxième en 1967, mais à une époque où le Mondial se limitait à huit équipes européennes seulement.
Sur le papier, les Polonais, tombeurs de l’équipe russe en quart de finale, présentent une meilleure disposition à poinçonner le ticket pour la finale.
Mais les Danois ont fait montre d’une puissance psychologique incomparable lors de leur duel marathonien contre l’Islande et peuvent postuler sérieusement pour la finale.
Les malheureux quart-finalistes joueront à partir de jeudi un mini-tournoi pour le classement. L’Espagne affrontera la Croatie à Cologne, alors que la Russie sera opposée à l’Islande à Hambourg. Les vainqueurs de ces deux rencontres disputeront le match de classement pour la cinquième place, tandis que les vaincus s’affronteront pour le septième rang.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *