La rentrée de Bahia Mouhtassine

Le grand Prix Lalla Meryem de tennis est entré dans le vif du sujet en abordant le tableau final. Cette deuxième édition a affiché le plein en matière de participation avec un tableau complet. Après les phases qualificatives, il ne reste sur les courts du complexe que deux marocaines : Bahia Mouhtassine et Meryeme Haddad. La multiple championne du Maroc, Bahia Mouhatssine, entre en lice aujourd’hui en affrontant l’Italienne Camerin Marie Helena. Cette dernière était finaliste l’année dernière. Si Bahia gagne ce match, la sociétaire du RTCMA doit rencontrer le numéro Un du tableau, l’Allemande Weingartner Marlene. Un pari difficile à gagner et qui lui a été imposé dès le deuxième par le hasard du tirage au sort. C’est dommage parce qu’on aurait aimé que cette fille tenace et douée aille plus loin dans cette compétition qui a pris du galon en un laps du temps.
Le Grand Prix Lalla Meryeme qui a à peine à sa deuxième édition a affiché complet et les organisateurs ont même dû s’excuser auprès de certaines participantes. Doté de 110 000 dollars entièrement subventionnés par la Princesse Lalla Amina, ce tournoi accueille cinq joueuse parmi le top cent mondial.
L’engouement pour ce tournoi WTA peut s’expliquer par la bonne organisation mais aussi parce qu’il permet aux joueuses qui se distinguent de récolter de précieux points dans le classement mondial. Ainsi le vainqueur de ce tournoi grignotera 80 points en plus d’une prime de 16000 dollars. La finaliste récoltera 56 points et percevra une prime de 9000 dollars. Les demis finalistes empocheront 36 points et 4800 dollars et les quarts finalistes20 points et 2600 dollars. Pour les joueuses de double, les vainqueurs toucheront 5500 dollars, les finalistes 3000 dollars, demi-finalistes 1600 dollars et les quarts finalistes 900 dollars. La fédération royale marocaine de tennis, FRMT, a marqué un coup en avantageant les joueuses maghrébines.
Car à part les Marocaines, l’Algérienne Esseghir Feriel a bénéficié d’une «Wild-card» tout autant que la tunisienne Selima qui a déclaré forfait. Ce geste a ouvert un partenariat avec la fédération algérienne qui a promis de réserver trois « Wild-card » aux joueuses marocaines.
D’autres part, ce tournoi est supervisé par des juges internationaux marocains qui ont fait leurs preuves dans des Prix étrangers. Il s’agit de Mohamed Janati qui n’est plus à présenter et de Kamal Hadi, un Marocain qui réside en Suèdes. Le public marocain qui est devenu très friand des tournois ATP et WTA ne devrait pas rater cette aubaine pour se déplacer au complexe «Al Amal». d’autant plus que les prix des billets sont très abordables pour les étudiants et les jeunes férus du tennis : entre 10 et 20 dirhams. Et une carte de la semaine pour 50 dirhams. Ça vaut vraiment le détour.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *