La saga de Younès le magnifique

Younès El Aynaoui est en pleine forme et il tient à le faire savoir, par les résultats. Depuis sa dernière victoire à Casablanca lors du Grand Prix Hassan II, l’on avait peu entendu parler de lui, exception faite de sa participation à Barcelone où il a été quart-finaliste.
L’exploit glané au pays vient tout juste d’être réédité, cette fois à Munich, en Allemagne. C’était hier dimanche quand le Marocain, tête de série n.6 a remporté le tournoi de Munich, épreuve du circuit ATP dotée de 381.000 dollars. Une victoire que le magique Younès a enregistrée au détriment de l’Allemand Rainer Schuettler et qui ne manquera pas de le hisser davantage dans le classement mondial. Huitième avant d’entrer en lice dans cette compétition, El Aynaoui a de fortes chances de se retrouver d’emblée en 5e position. « Je suis très content d’avoir remporté ce tournoi. J’ai très bien joué et les encouragements du fabuleux public allemand m’ont beaucoup aidé. Je me suis senti chez moi depuis que je suis ici. Je suis désolé pour Schuettler, mais aujourd’hui, c’était mon grand jour ».
Une joie que le n.1 national n’a pas cherchée à cacher dès lors qu’il s’est adjugé la balle de match, en simulant d’ores et déjà, et sur le court, le bonheur de conduire la voiture de luxe qu’il a gagnée, sans parler du prix qu’il vient d’octroyer.
Le public allemand a en effet été des plus enthousiastes. On voyait même sur les gradins des banderoles, portés par des supporters allemands et sur lesquels on pouvait lire des « Go Younès » qui se passent de tout commentaire.
Une consécration des plus méritée pour un champion qui n’était pas sûr de pouvoir participer à cette compétition à cause d’une blessure au bras. « J’avais des problèmes au bras tout au long de la semaine passée (Après avoir disputé le tournoi de Barcelone). J’avais même pensé ne pas pouvoir jouer cette semaine. Mais j’ai relevé le défi et j’ai réussi. Je me retrouve maintenant avec beaucoup d’argent et une somptueuse voiture. J’ai de la chance d’être un tennisman », indique le Marocain, avec un brin d’humour digne des grands vainqueurs.
Pour l’emporter, El Ayanoui, qui en est à sa troisième participation à Munich, a dû attendre deux ans. L’année dernière, il s’était contenté de la phase des demi-finales, l’année d’avant, il n’avait pu dépasser les quarts de finale. Pour cette édition, El Aynaoui s’est qualifié pour la finale en battant samedi le Russe Mikhail Youzhny par deux sets à un ( 4-6, 7-5, 7-6). Avant, il avait éliminé le Français Julien Boutter aux quarts de finale par 6-4, 7-5 et, bien avant, le tchèque Bohdan Ulihrach et le Belarusse Max Mirnyi au deuxième et premier tour par respectivement 6-4, 4-6, 6-4 et 6-4, 6-4. Son élimination, il y a une semaine des quarts de finale de Barcelone par l’Australien Lleyton Hewitt par 6-4, 6-2, ne semble nullement l’avoir affecté. Fidèle à sa combativité habituelle et son grand jeu, le résultat n’a pas tardé à suivre. De quoi donner du punch aux autres mousquetaires nationaux, même si l’un d’entre eux, Hicham Arazi, a été éliminé dès le premier tour dans les mêmes courts de Munich.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *