L’AC Milan joue sa saison à Belgrade

L’AC Milan joue sa saison à Belgrade

Une dizaine de millions d’euros au moins, des grands matches européens et, surtout, l’éventuel recrutement d’une superstar en attaque pour remporter une 7e fois le trophée: voilà ce que l’AC Milan ne veut pas laisser échapper.
 En cas d’élimination, le club devra en effet se contenter de l’ordinaire d’un championnat qu’il devrait débuter en septembre avec 8 points de pénalité en raison de son implication dans le scandale des matches truqués du Calcio.
L’équipe peut pourtant s’estimer heureuse d’avoir été in extremis admise à disputer la Ligue des Champions par la justice sportive (en appel) et d’être passée outre les réticences de l’Union européenne de football (UEFA).
«Cette rencontre est la plus importante de la saison», résume le Brésilien Cafu qui sait qu’en cas de qualification, ses dirigeants auront bien plus de facilité à recruter, notamment en attaque où l’Ukrainien Shevchenko, parti à Chelsea (Angleterre), a laissé un grand vide.
 A défaut d’un inaccessible Ronaldinho – celui qui fait rêver le président Silvio Berlusconi – Ronaldo est dans le viseur. Mais l’opération ne sera pas simple: le Real Madrid souhaiterait ainsi avoir son compatriote Kaka en échange tandis que le président de l’Inter, Massimo Moratti, serait prêt à tout pour empêcher son grand rival milanais de recruter son ancien joueur…
 Mais avant d’entamer un éventuel feuilleton Ronaldo, les Milanais vont devoir passer l’obstacle serbe au stade Marakana.
 Pour l’entraîneur Carlo Ancelotti – selon qui le match est "un tournant de la saison"-, les soucis sont principalement défensifs. Avec Nesta, Maldini et Kaladze en convalescence, il va devoir, comme à l’aller, faire confiance aux réservistes. La présence, une fois encore, de Costacurta (40 ans) fait figure de curiosité, lui qui avait participé à la rencontre entre les deux formations en novembre 1988 !  Ailleurs, en revanche, il n’y a pas de souci même si les champions du monde – Gattuso, Pirlo, Inzaghi et Gilardino – ont dû reprendre précipitamment et ne sont pas encore au meilleur de leur forme.
 La seule interrogation est davantage tactique: Ancelotti va-t-il reconduire les deux attaquants, Inzaghi (qui a marqué à l’aller) et Gilardino, ou enlever ce dernier et étoffer son milieu avec son "joker", le Français Yoann Gourcuff ?  A défaut de révélations, l’entraîneur avoue que «l’équipe a plus de certitudes par rapport à l’aller" et qu’elle "se présentera dans la meilleure forme possible. Nous ne défendrons pas le 1-0 et chercherons à attaquer», ajoute-t-il. C’est une compétition tellement importante pour nous».
 Côte Etoile Rouge, l’attaquant Zigic sera particulièrement à surveiller, d’autant qu’il pourra compter sur la soutien ardent des "Delije", les supporteurs acharnés du club de Belgrade.
 Les Milanais peuvent en tout cas se plonger dans leur histoire récente pour se rassurer : la dernière fois que l’équipe a gagné la Ligue des champions (2003), elle était passée pour le 3e tour préliminaire face aux Tchèques du Slovan Liberec. Et au match aller à Milan (1-0) c’est Inzaghi qui avait marqué.

• Grégoire Lemarchand AFP

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *