Le Barça a perdu son football offensif

Leader du championnat d’Espagne de football après la sixième journée, Barcelone a depuis perdu son chatoyant football offensif au fil des rencontres. Il se retrouve désormais 7e du classement, après la 16e journée, pour la 5e fois seulement de son histoire en 70 ans de championnat. le Barça, qui a toujours aimé cultiver les paradoxes, réalise pourtant sa meilleure saison sur le plan défensif en n’ayant encaissé que 15 buts en 16 rencontres. En fait, cette performance est essentiellement due à la remarquable performance de son gardien argentin, Roberto Bonano, dont les prestations ne suffisent cependant pas à combler les carences offensives du club catalan. Pourtant, sur le papier, le Barça présente une redoutable force de frappe avec le trio Rivaldo, Kluivert, Saviola, sans doute un des meilleurs au monde. Il est vrai que Rivaldo n’a disputé cette saison que sept rencontres de championnat en raison de sa blessure au genou et de ses nombreux aller et retour en Amérique du Sud pour décrocher une difficile qualification au Mondial-2002. Avec quatre buts à son compteur, contre dix l’an dernier à la même époque, il est ainsi loin de ses performances des autres saisons où il réussissait en moyenne une vingtaine de buts par an. De son côté, Javier Saviola réalise de remarquables débuts dans la Liga. Mais cela ne suffit pas, d’autant plus que Patrick Kluivert, qui vient d’être contrôlé positif à un test d’alcoolémie, est loin de sa meilleure forme. La saison avait pourtant débuté sur les chapeaux de roues avec quatre victoires et deux nuls. Puis, d’un seul coup, le Barça a encaissé deux défaites contre le Deportivo et le Real Madrid, avant d’être éliminé de la Coupe du Roi par le modeste Figueres (D2). On pensait pourtant que la machine était relancée après la démonstration réalisée à Anfield Road contre Liveerpool (3-1) en Ligue des champions. Mais, cela ne devait être qu’un feu de paille et le Barça retombait immédiatement dans ses errements en concédant une défaite et un nul à domicile (Bilbao et Celta Vigo) tout en se montrant incapable de remettre en cause l’actuelle suprématie du surprenant leader, Alaves Vitoria. Ce régime de la douche écossaise n’est pas du goût des inconditionnels Socios amoureux du football offensif qui critiquent ouvertement les choix de l’entraîneur catalan Carles Rexach.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *