Le Maroc boude le championnat arabe

Ayant, depuis sa création en 1970, assuré une présence des plus honorables, le Maroc ne participe pas à la 13e édition du Championnat arabe de tennis, masculin et féminin. Une compétition, dont le coup d’envoi a été donné lundi dernier, et à laquelle treize pays arabes prennent part.
Organisée cette année à Beyrouth, cette manifestation compte la participation des Emirats ArabesUnis, le Bahrein, la Tunisie, l’algérie, l’Arabie Saoudite, la Jordanie, la Syrie, le Koweït, l’Irak, l’Egypte, le Qatar, le Yémen et le Liban, pays hôte. Une absence des plus étonnantes à première vue étant donné la place qu’occupe le tennis marocain sur le plan continental et arabe. Mais la raison est ailleurs. «Participer à ce championnat représente pour nous un investissement lourd à porter. L’équipe doit se prendre en charge aussi bien pour le voyage que pour le séjour. Il faut beaucoup de moyens pour assurer une présence dans un champinnat où il n’y a pas de prize-money », explique Amine Ghissassi, directeur technique de l’équipe nationale de tennis. «Comment voulez-vous que je réussisse à convaincre un Mounir Laâraj ou un autre joueur senior de prendre part à une compétition dont il ne tirera ni un gain matériel, ni en classement», déplore-t-il. Une raison convaincante donc, d’autant plus que, sur le niveau arabe, la catégorie des seniors n’a simplement rien à prouver. le Maroc compte à son actif plusieurs titres depuis le lancement de ce championnat, annulé pendant trois années consécutives (1976, 1977 et 1978). Le Marocain Mustapha Dislam avait remporté trois fois le titre individuel 1970, 1979 et 1980. A partir de 1997, le tennisman marocain Arafa Chekrouni a réussi à deux fois à décrocher le titre, tandis que son compatriote Khalid Outaleb s’est distingué une seule fois. Par équipes, le Maroc a signé trois succès chez les hommes, derrière l’Egypte auteur de cinq titres. Ce qui n’est le cas des Juniors qui ont en le plus besoin de gagner en expérience via de telles rencontres. C’est pour cela que la Fédération a accepté de faire participer les jeunes talents.
«L’intérêt d’une pareille participation réside en les points que peuvent glaner les jeunes talents. C’est la seule raison valable pour nous. nous avons engagé 3 garçons et 3 filles ainsi que leur coach et un budget de 100.000», déclare le coach national.
La Marocaine Bahia Mouhtassine, qui est déjà montée sur le podium de cette compétition une seule fois, avait été sollicitée, ainsi que l’équipe marocaine féminine, sacrée championne des arabes deux fois, par la fédération libanaise.
Une proposition de prise en charge avait même été avancée, avant la fédération en question ne se rétracte. Il est à rappeler que cela fait pas moins de 6 ans que la catégorie seniors ne prend plus part à cette manifestation, pour le même motif. L’absence du Maroc est une bonne affaire pour les Algériens qui défendront leurs titres.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *