Le Onze national rate le coche

Le Onze national rate le coche

Rien ne voulait sourire aux Lions de l’Atlas, samedi dernier à Rabat. Face au Togo, ils disposaient pourtant de quelques avantages comme l’absence du buteur et capitane Emmanuel Adebayor suspendu pour cette rencontre après avoir reçu deux cartons jaunes dans les matches précédents. Les nationaux savaient que le match face aux Togolais était une occasion de se relancer dans la course. Elle a été ratée. Après cette rencontre, le Maroc a sérieusement compromis ses chances d’obtenir le billet pour l’Afrique du Sud.
Si les choses continuent  ainsi, Roger Lemerre et son staff technique n’ont qu’à espérer un passage en Angola. Dans le classement du groupe A, le Maroc est troisième derrière son adversaire du jour le Togo. Le Gabon (1er) et le Cameroun (4è) disputeront leur match de la troisième journée le 5 septembre prochain. Au cours de ses trois rencontres, l’équipe marocaine n’a pu inscrire qu’un seul but. Samedi dernier, la prudence de Lemerre était claire. Il a aligné une défense renforcée avec toutefois deux joueurs en pointe : Youssef Hadji et Mounir Hamdaoui. Au coup d’envoi de la rencontre, les Lions de l’Atlas ont pris le jeu à leur compte sans parvenir à se créer des occasions franches. Hamdaoui a, encore une fois, passé à côté de sa chance en ratant un penalty à la 33e minute. Ce penalty a été accordé pour une faute de main dans la surface de réparation d’un défenseur togolais. Ni le public marocain ni les joueurs ne croyaient leurs yeux en observant cette dure réalité. Ce penalty pouvait constituer un tournant dans une rencontre qui n’a vraiment démarré qu’à la 27e minute  avec une première alerte marocaine: à la réception d’un centre de Merouane Zemmama du flanc droit, Kamal Chafni frappe de la tête mais le gardien Obilalé Kodjovi, bien placé, arrête la balle sur la ligne du but. Le ratage du penalty avait son impact sur la suite du match. Les nationaux portés par l’enthousiasme ont fait preuve de précipitation et de manque de concentration. De leur côté, les Togolais n’allaient atteindre la zone de réparation des nationaux à la 45e minute, mais sans réel danger pour Nadir Lemyaghri. Mais, ils vont s’offrir leur plus nette occasion au début de la 2 ème période, à la 46e min  du jeu , sur une contre-attaque, Cougbadja Kader se trouve face à face avec Lemyaghri et tire sur la gauche de la cage. Le public marocain pouvait souffler. Au moment où le jeu des Marocains s’est considérablement dégradé (balles perdues, manque de cohérence, duels individuels perdus), Lemerre a aligné Nabil Baha et Rafik Abdessamad, en replacement de Hamdaoui (62e) et Chafni (70e). Des changements qui ont insufflé une nouvelle dynamique à l’équipe nationale qui a retrouvé son punch, mais vainement.



Échos

La presse nationale boycotte la conférence de Roger Lemerre
Les journalistes et représentants de la presse nationale ( télévision-Radio- presse écrite) ont boycotté, samedi, la conférence de presse de Roger Lemerre qui s’est tenue à l’issue du match Maroc-Togo. Les journalistes avaient assisté pourtant à la conférence de l’entraîneur togolais Jean Thissier. Seuls quelques représentants de la presse internationale sont restés dans la salle de presse. À noter que Roger Lemerre avait refusé de tenir une conférence, avant le match pour informer sur les préparatifs de l’équipe nationale.

Walid Regragui furieux contre Marouane Chamakh
L’international du club français de Grenoble, Walid Regragui, n’a pas caché son mécontentement vis-à-vis de Marouane Chamakh. En sortant des vestiaires, Walid Regragui a déclaré à quelques personnes présentes que l’équipe nationale avait besoin plus que n’importe quel moment de l’attaquant bordelais et que, d’après Walid Regragui, Marouane Chamakh n’était pas blessé.

Marouane Chamakh était à Marrakech le jour du match Maroc-Togo
L’attaquant bordelais des Girondins Marouane Chamakh est arrivé au Maroc, vendredi matin pour expliquer les raisons de son absence de l’équipe nationale. Chamakh a tenu à expliquer qu’il était réellement blessé et qu’il n’a jamais regretté d’avoir opté en 2004 pour le Maroc. L’attaquant sollicité a toutefois dit que la Fédération royale marocaine de football ne l’a pas soutenu et qu’elle n’avait pas transmis au public marocain les raisons de son absence. Le jour du match, Maroc-Togo, Chamakh a fait le déplacement à Marrakech, a déclaré à ALM une personne proche du joueur.

Un important groupe de MRE présents au stade
Un groupe important de Marocains résidant à l’étranger ont suivi au complexe Moulay Abdellah le déroulement du match. Ils n’ont épargné aucun effort pour venir soutenir les Lions de l’Atlas dans ces moments cruciaux du parcours, mais la déception était totale.

Fathi Jamal quitte le stade en compagnie du préparateur physique
L’adjoint du sélectionneur national Roger Lemerre, Fathi Jamal a préféré quitter le stade à l’issue du match en compagnie du préparateur physique de l’équipe nationale. D’autres joueurs comme Houssine Kharja, Micheal Basser et Youssef Haji n’ont pas non plus regagné le car destiné à cet effet. Rappelons que Fathi Jamal ne s’était pas présenté avec Roger Lemerre pour la conférence de presse, comme à l’accoutumée.

La Fédération enregistre des avancées dans l’organisation
La Fédération a mis à la disposition des journalistes nationaux et internationaux une salle de presse équipée d’ordinateurs. Une avancée notable dans l’organisation, à laquelle les représentants des médias sur les lieux ne s’y attendaient pas. Ces ordinateurs n’ont pas été très utilisés.
Toujours dans le cadre de l’organisation, une pause-café a été également tenue au cours de la mi-temps, pour les journalistes leur permettant ainsi de discuter quelques points relatifs aux conditions du déroulement de la rencontre ainsi que du résultat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *