Les Tangérois en quête d’un deuxième titre

Les Tangérois en quête d’un deuxième titre

Les fans et les amateurs de la grande balle orange auront une compétition sportive à part entière. Il s’agit d’un duel palpitant entre l’Ittihad de Tanger et le FUS de Rabat ce samedi 13 février à l’occasion du quart de finale retour de la Coupe du Trône de basket-ball. Les Tangérois sont déterminés à réaliser un exploit. Ils sont en quête d’un troisième sacre de cette prestigieuse Coupe 2009-2010. Le champion en titre est prêt à créer la surprise en remportant ce quart décisif face aux Fussistes.
Le club du détroit, leader du championnat national de première division et double champion du Maroc, aura à gérer l’écart insignifiant (1 point) qu’il a réalisé lors du match aller (71-70), s’il ambitionne de poursuivre son aventure. Le FUS, dont le dernier titre en Coupe remonte à 2003, aura donc des atouts considérables à son faveur: un double avantage psychologique dû au résultat de l’aller et au fait d’évoluer à domicile, un groupe motivé et des joueurs au top de leur rendement technique. En effet, l’IRT aura, sûrement, à l’esprit que son adversaire du jour, détenteur du record de Coupes remportées (9), ne sera pas un client facile, surtout que les Fussistes ont placé la barre très haut à la salle Badre et menaient au score pendant la majorité du quart de finale aller. Par ailleurs, la révélation de la balle orange nationale cette saison, Sport Plaza, part avec les faveurs des pronostics, après sa large victoire (59-68) dans l’antre du Chabab d’Al-Hoceima. Toutefois, le jeune club casablancais ne devra pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, les Rifains, croyant fermement en leurs chances de remonter ce handicap, ne comptant surement pas jouer les figurants. De leur côté, les Slaouis (tenant) et le Moghreb de Fès (finaliste) devront confirmer leur succès à domicile en aller, respectivement devant le Raja de Casablanca (85-71) et Amal Essaouira (71-57). Sur le papier, ces deux grosses pointures du basket-ball national devront passer le cap sans grande difficulté, mais la loi du sport veut que la victoire ne soit acquise qu’après le sifflet final.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *