L’incomparable Raymond Domenech

L’incomparable Raymond Domenech

Raymond Domenech a été reconduit dans son poste d’entraîneur par le conseil fédéral de la fédération française de football.
Le contrat du sélectionneur de l’équipe de France a été prolongé pour une durée qui sera déterminée au mois d’août, a annoncé le président de la Fédération française de soccer, Jean-Pierre Escalettes, à l’issue d’une réunion du conseil fédéral.
«Raymond Domenech reste le sélectionneur de l’équipe de France, parce que nous lui avons proposé et que c’est son souhait profond parce que c’est un battant, c’est un gagneur, et pour lui, c’est un peu une symphonie inachevée (le Mondial, NDLR). Il veut aller plus loin, il veut l’achever», a commenté Jean-Pierre Escalettes.
On ne peut être aussi clair. Pour M.Escalettes, Raymond Domenech est un gagneur. Il mérite donc que les Français lui fassent confiance. Pourtant, depuis son arrivée à la tête de la sélection française en 2004, il n’a cessé d’être sous les feux de la critique. Le pic a été lors du premier tour de la Coupe du monde lorsque son nom est devenu synonyme d’échec. Malgré l’arrachement de la presse française contre lui, Raymond Domenech n’a jamais changé de stratégie. Connu par sa rigueur et son autorité, il a imposé ses règles.
Il faut reconnaître qu’après avoir succédé à Jacques Santini, M.Domenech n’avait pas la tâche facile. En effet, sa prise de fonction a coïncidé avec le départ à la retraite internationale de plusieurs joueurs talentueux. Ainsi, il s’est vu contraint de reconstruire l’équipe de France tout en devant mener à bien la qualification pour la Coupe du monde 2006.
Au fur et à mesure, Raymond Domenech a vu ses choix critiqués par la presse de l’Hegaxone. Sans y prêter attention, il a fini par forger son équipe en imposant une vision qui lui est propre. Ainsi et sous la direction d’un entraîneur atypique que l’équipe de France a pu se qualifier pour la Coupe du monde 2006 et atteindre la finale. À un moment où presque personne ne croyait en lui, ce technicien de 54 ans redonne ainsi à la sélection "black blanc beur" son panache. Et c’est grâce à son caractère et sa forte personnalité qu’il a pu réussir cet exploit : redonner confiance à l’équipe multicolore.
Tout au long de sa carrière, Raymond Domenech était réputé être un homme rugueux. Défenseur, à la réputation de mauvais garçon, Raymond Domenech a passé la majeure partie de sa carrière comme joueur à l’Olympique Lyonnais.
Après un fructueux passage au RC Strasbourg avec lequel il a remporté le championnat de France en 1979, il a joué au Paris Saint-Germain, puis à Bordeaux (où il a retrouvé Aimé Jacquet) avant de terminer sa carrière de joueur au FC Mulhouse, club où il effectuera également ses premières armes en tant qu’entraîneur. Devenu entraîneur de l’Olympique lyonnais en 1988, il contribue à faire remonter l’équipe en première division, avant d’intégrer à partir de 1993 la Direction technique nationale du football français et de devenir l’entraîneur de l’équipe de France Espoirs, avec laquelle il ne récolte aucun succès majeur malgré la présence des futurs cadres de l’équipe A.
Aujourd’hui, pour Raymond Domenech, qui mène aussi une carrière de comédien amateur de théâtre, le voyage aux côtés de la sélection française ne fait que commencer.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *