Mondiaux-2007 : Janeth, le diamant du Kenya

Mondiaux-2007 : Janeth, le diamant du Kenya

Le Kenya, qui produit sans compter des champions du 800 mètres, a trouvé son diamant féminin sur cette distance avec Janeth Jepkosgei, superbe lauréate du double tour de piste mardi soir à Osaka lors de la 4e journée des Mondiaux-2007 d’athlétisme.
«Je suis heureuse de cette première médaille d’or pour mon pays dans la discipline», a déclaré Jepkosgei.
La jeune femme de 23 ans, loin d’être une féministe, exprimait seulement son bonheur d’avoir mis fin à cette anomalie: en deçà du 3000 m, les Kényanes n’étaient pas compétitives.
Championne du monde junior en 2002 à Grosseto (Italie), Jepkosgei n’a fait que confirmer un potentiel qui l’a portée sur le devant de la scène internationale en 2005. Ce qui a frappé, c’est la manière. En demi-finale, dimanche, comme en finale, elle a pris le train à son compte. «Je savais que les Russes étaient redoutables dans la dernière ligne droite. Aussi, je n’ai pas hésité», a expliqué Janeth. Elle a écœuré ses adversaires avec des premiers tours bouclés en 56 secondes, pour conclure en 1 min 56 sec 17/100 (dimanche) et 1 min 56 sec 04/100 (mardi). Chaque fois la meilleure performance mondiale de l’année. Cela faisait d’ailleurs 8 ans qu’une spécialiste du demi-fond court n’avait pas flirté avec les
1 min 56 sec. Depuis la Russe Svetlana Masterkova (1:55.87), le 18 juin 1999 à Moscou. En 2006, après avoir remporté tôt (en mars) les Jeux du Commonwealth à Melbourne (Australie), Jepkosgei avait connu une fin de saison difficile.
Cette année, avec son ami et entraîneur italien Claudio Berardelli, elle a programmé sa préparation pour arriver au top aux Mondiaux.Le chrono d’Osaka, obtenu au terme d’une course solitaire, laisse à penser que la Kényane peut se rapprocher rapidement des limites fixées dans les années 80 par la Russe Nadezhda Olizarenko (1:53.43), puis la surpuissante Tchèque Jarmila Kratochvilava (1:53.28).
Limites seulement approchées par la Cubaine Fidelia Quirot ensuite. Pour la réunion Golden League de Zurich (Suisse), le manager de Jepkosgei, qui s’entraîne durant l’été sur les parcours vallonnées des bords du lac d’Iseo, près de Brescia (nord-est de l’Italie), a demandé un lièvre pour emmener la championne de l’Est africain sous la minute et 55 secondes. Fin septembre, Jepkosgei retournera dans son village de Kapsabet, sur les hauts-plateaux du North Rift, où elle a assuré, comme beaucoup de champions du cru, l’avenir de sa famille avec les primes gagnées dans les meetings.
Très proche de son père, elle l’a aidé à acheter des terres et un tracteur pour la ferme familiale. Preuve de leur complicité, elle l’a appelé quelques heures avant la finale. Aînée de cinq enfants -trois garçons et deux filles -, Janeth était prédestinée à devenir la première grande coureuse de 800 m du pays. Kapsabet, où sa mère enseigne à l’école primaire, est aussi le village natal de Wilson Kipketer, le détenteur du record du monde du 800 m sous le maillot danois. Et puis elle a grandi à moins de 500 mètres de la maison de Wilfred Bungei, vice-champion du monde 2001 à Edmonton (2001). Toujours sur 800 m.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *