Oujda : Le sport national, une année après la lettre royale

Oujda : Le sport national, une année après la lettre royale

En commémoration du premier anniversaire de la lettre royale adressée aux Assises nationales du sport, tenues le 24 octobre 2008 à Skhirat, l’Association espace Mouloudia pour le sport et la culture a organisé, le week-end dernier, une activité durant deux jours sous forme de table ronde et de rencontres sportives. Cette manifestation a été organisée sous le thème : «Le sport national une année après la lettre royale adressée aux Assises du sport: le football comme exemple». L’objectif affiché est de mettre en exergue les nouvelles opportunités du décollage sportif contenues dans la lettre royale. C’est aussi pour peaufiner les différentes approches en matière d’encadrement, de gestion et de prospection afin de contenir les contre-performances enregistrées dernièrement par le sport national dans sa globalité. Le dîner-débat tenu à cette occasion aspirait à établir un état des lieux de ce qui a été réalisé depuis ces Assises. C’était surtout une occasion pour qu’un ensemble de praticiens exposent leurs façons de voir et comment ils perçoivent l’application sur le terrain de la dynamique déclenchée par la lettre royale. Ils étaient tous unanimes pour préciser qu’il est difficile de faire le bilan de ce qui a été entamé ou réalisé une année après. «Les espérances et les attentes sont ce qu’elles sont, d’où la difficulté de redresser en une année ce qui n’a pas été mené à terme durant des décennies de mauvaise gestion», ont souligné les différents intervenants. Sept communications au total, celles de El Hassan Merzak au nom de l’Association espace Mouloudia, Mohamed Bouchta (responsable régional des sports), Hassan El Attafi, Ahmed Sabri et Nouri Algharbi (journalistes), Mohamed Guartili, président de l’IZK et Abderrahmane Slimani entraîneur national, ont passé au peigne fin orientations, applications et résultats escomptés. Intervenant pour donner un exemple sur ce qui est en train de se réaliser au niveau d’Oujda, Mohamed Bouchta a rappelé que la dernière convention cadre, signée entre le ministère de la Jeunesse et des Sports, la wilaya et la commune urbaine d’Oujda, s’inscrit en échos à la lettre royale adressée aux Assises du sport. Les 67 MDH débloqués, à ce fait, viseront essentiellement la mise à niveau des installations existantes ainsi que l’édification de nouvelles salles et terrains de football dans les quartiers périphériques de la ville. Quant aux trois journalistes, ils ont surtout focalisé sur les causes de la mauvaise passe et les contre-performances enregistrées par ce qu’ils ont appelé «le manque de transparence et démocratie sportive au niveau des fédérations». Ils ont aussi plaidé pour une reconnaissance mutuelle des compétences et programmes élaborés selon une vision claire et ponctuée par des évaluations de parcours. De son côté, Mohamed Guertili, président de l’IZ Khémisset, a rappelé qu’il y a une volonté manifeste pour redresser la barre du sport national. Malheureusement, cette volonté bute sur des pesanteurs qui portent préjudice à la pratique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *