Souhair Lemrahi et Hanane Amraoui: «Nous allons parcourir le désert marocain sans GPS»

Souhair Lemrahi et Hanane Amraoui: «Nous  allons parcourir le désert marocain sans GPS»

Entretien avec Souhair Lemrahi et Hanane Amraoui, Pilotes de l’équipage 217 au Rallye Aïcha des Gazelles

In fine ce n’est pas le but principal de notre participation, que nous gagnions ou non, nous aurons eu l’honneur de rencontrer des femmes du monde entier et de vivre ensemble une aventure hors du commun.

ALM : Vous allez vous lancer pour la première fois dans le Rallye Aïcha des Gazelles et faire partie de l’histoire
de cette compétition mythique qui signe sa 26ème édition. Quels sont vos objectifs ?

Souhair Lemrahi et Hanane Amraoui: Tout d’abord, nous voulons profiter de ce moment et parcourir les magnifiques paysages de notre pays et du désert marocain. La participation au Rallye Aïcha des Gazelles est un défi en soi. C’est une aventure humaine extraordinaire dans des conditions extrêmes et très difficiles. Le but pour nous est d’aller jusqu’au bout de cette compétition ensemble et unies. Notre premier défi était déjà de réussir la préparation. Il fallait qu’on arrive à trouver un équilibre entre la préparation et en même temps, notre travail qui est très prenant, nos familles et notre vie sociale. Nous sommes également conscientes de ce qui nous attend pendant le Rallye, c’est-à-dire nous surpasser, relever de gros challenges pendant 10 jours, nous mesurer à d’autres gazelles beaucoup plus expérimentées et puis vivre déconnectées du monde extérieur sans nos repères.

A ce sujet, comment allez-vous gérer la rude concurrence avec les autres gazelles ?

Avant d’être une compétition, le Rallye Aïcha des Gazelles est une aventure humaine qui prône des valeurs telles que le respect, la solidarité et la tolérance. La concurrence est sans doute très rude, toutes les gazelles sont bien préparées aussi bien techniquement que mentalement et certaines y participent pour la 8ème ou la 9ème fois. Pendant certaines étapes du rallye, notamment celles des dunes, nous aurons besoin les unes des autres pour nous sortir du sable, c’est ainsi l’esprit solidarité gazelles qui est omniprésent. Nous avons beaucoup travaillé ensemble, ma coéquipière et moi-même, sur l’esprit d’équipe, comment nous allons fonctionner ensemble pendant 10 jours, nous avons établi des règles de gestion et des procédures. Nous avons, également, géré la préparation avant-rallye, pendant et après pour nous donner toutes les chances de réussir et de prendre beaucoup de plaisir aussi ! «RACE WIN ENJOY», c’est notre devise.

Aspirez-vous à remporter cette édition ?

Ce serait mentir que de dire que nous ne souhaitons pas gagner cette compétition, nous avons suivi un entraînement intensif pour gagner parce que nous le voulons gagner. La concurrence sera dure, mais nous irons jusqu’au bout pour porter haut les couleurs de notre pays. Mais in fine ce n’est pas le but principal de notre participation, que nous gagnions ou non, nous aurons eu l’honneur de rencontrer des femmes du monde entier et de vivre ensemble une aventure hors du commun.

Qu’est-ce qui vous motive à participer à cette édition ?

Nous rêvions toutes les deux depuis toujours de participer au Rallye. Nous en parlons avec passion et enthousiasme à nos amis et proches qui nous soutiennent et nous encouragent. Nous souhaitons également nous auto-défier, aller jusqu’au bout et nous surpasser. Le fait de sortir de notre quotidien, nous déconnecter pendant 10 jours est une expérience unique qui nous permettra de vivre une aventure inégalée qui, certainement, impactera d’une manière ou d’une autre nos vies pour la suite. C’est aussi l’occasion de découvrir notre pays et de contribuer au développement de la région via l’association Cœur de gazelles.

Pouvez-vous nous parler un peu des particularités de cette 26ème édition ?

Cette année, il n’y a que deux groupes composés de femmes à 100% marocaines. Il y a malheureusement plus d’étrangères que de Marocaines qui participent à cet événement. Sinon le Rallye des Gazelles a un concept unique en son genre où gagner ne signifie pas aller plus vite ou rouler plus. C’est aussi cela qui nous a séduites, le respect du pays que nous allons traverser, mais aussi le respect de l’environnement. Sans GPS et avec une carte en noir et blanc, nous allons parcourir le désert marocain à l’ancienne, uniquement en hors-piste.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *