Un café avec…Nacer Ibn Abdeljalil Spécialiste des sports d’endurance

Un café avec…Nacer Ibn Abdeljalil  Spécialiste des sports d’endurance

Pas la peine de le présenter, car tout le monde le connaît désormais. Il s’agit de Nacer Ibn Abdeljalil, premier Marocain à avoir gravi le sommet de l’Everest. Pour 2015, l’aventurier spécialiste des sports d’endurance a concocté une panoplie de nouveaux défis et de nouveaux challenges qu’il compte bien relever haut la main.

ALM : Quel est le plus grand challenge dont vous êtes fier aujourd’hui et quels seront vos futurs défis ?

Nacer Ibn Abdeljalil : J’ai eu la chance de réussir la première ascension marocaine de l’Everest. La consécration ultime a été d’être félicité par SM le Roi en personne. Une fierté indescriptible ! Mon futur challenge consistera à traverser les deux pôles à Ski, et finir de gravir les 7 plus hauts sommets continentaux de la planète. En avril, je serai au pôle Nord pour parcourir 235 kilomètres par -15 degrés. C’est le groupe Fiat Chrysler Automobiles (FCA Maroc) qui accompagnera ce challenge à travers sa marque Jeep.

Que faites-vous pour vous détendre quand vous êtes loin de chez vous et qu’est-ce qui vous inspire le plus ?

Je lis beaucoup et j’écoute de la musique classique. Ce qui m’inspire le plus ce sont tous ces grands entrepreneurs qui, par leur créativité, ont réussi à changer notre façon de voir le monde et à le rendre meilleur.

Quelle était pour vous l’expérience où vous aviez eu l’impression de vous pousser au-delà de vos limites ? Si vous deviez choisir un futur road trip, où iriez-vous ?

C’est lors de ma dernière ascension à vélo de l’Oukaimeden (2.700m) que j’ai eu le sentiment d’aller au-delà de mes limites et de me surpasser. Si je devais choisir un road trip, ce serait certainement celui de traverser l’Amérique du Sud, du Venezuela à la terre de feu (Ushuaia).

Quel serait votre compagnon idéal pour un nouveau challenge et à quel moment avez-vous le plus grand sentiment de liberté ?

Si je devais choisir un compagnon pour un challenge, ce serait assurément Richard Branson ou Mike Horn ! Le plus grand sentiment de liberté et de plénitude est celui que je ressens en montagne, sur un sommet, seul au milieu de l’immensité de la nature, les yeux levés au ciel… on est alors en puissante connexion avec le ciel et la nature. On se sent tout petit et on relativise la place de l’homme dans son environnement et à travers les temps.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *