Un fauteuil pour quatre

Un fauteuil pour quatre

Le leader et son dauphin, l’ASS et le WAC, ont entamé la partie sous le signe de la prudence. Aucun des deux protagonistes n’a voulu perdre ce match capital pour la suite de la compétition. C’est l’une des raisons pour lesquelles les deux coaches, Bouchaïb Harras du WAC et Saïd El Bouzidi de l’ASS ont opté simultanément pour le verrouillage de leurs défenses respectives. C’est le WAC qui ouvre le bal par le biais de son maître tireur Karim Ayadi à travers un shoot en cloche des 6m25. 3 à 0 à 9’30. Quelques secondes après, la machine slaouie, composée alors de ses cinq majeurs, en l’occurrence Mustapha Didouch, Noureddine Belkaïd, Abdellah El Hassouni, Patric N’Gong Ba et Fall Chaikh, ont mordu dans la peau des rouge et blanc. Ce qui leur a permis de remporter in-extrémis le premier quart-temps : 11-14. Après le bref repos, et compte tenu de la lenteur dans l’exécution de l’équipe du Bouregreg, le coach wydadi a intégré Arazane, Saâsâ pour laisser au repos les titulaires. Cette tactique était bénéfique puisque le jeu rapide basé sur des contres très bien orchestrés par le meneur Zangui, ont déboussolé les hommes de Saïd El Bouzidi de l’ASS pour sortir victorieux 28-20. Après le retour des vestiaires, les deux formations n’ont pas changé leur schéma tactique. Le WAC a pratiqué la défense de zone 2-1-2 en attaque devant la zone press des Slaouis. Les Rouge et Blanc ont procédé par une circulation très rapide du ballon et Karim Ayadi était le meilleur scoreur avec plus de 20 points. De son côté, l’ASS a pratiqué le même système que le WAC tout en comptant sur son pivot-poste N’Gong Ba, omniprésent sous le panier. Juste avant la fin du troisième quart-temps, alors que le WAC menait par 33-27, Omar Nouhi, l’adjoint du manager du WAC a écopé d’une faute technique après avoir franchi la ligne réservée aux coaches. Deux lancers francs plus une balle dans la touche pour l’ASS. Un coup dur pour le moral des joueurs locaux qui ont par la suite multiplié les erreurs en défense comme en attaque. Ce qui était favorable à l’ASS qui s’est emparée du troisième set 36-39. Le dernier quart-temps s’est corsé pour les co-équipiers de Fenjaoui qui ont été menés 42-43 à 6’20. Il ne restait plus que trois minutes à jouer lorsque N’Gong Ba, l’intérieur de l’ASS, sort pour 5 fautes personnelles. Un soulagement pour Ayadi et consorts qui se sont envolés d’une victoire in extremis pour mettre fin à l’invincibilité de l’ASS, un véritable dragon de la grosse balle orange nationale qui aura son mot à dire lors de cette saison. L’arbitrage du duo Abdelilah Chlif et Abdellah Zouina était encore une fois mis à l’index par les deux équipes. A signaler l’expulsion pour faute disqualifiant de Khattabi (WAC) et Belkaïd (ASS) après avoir échangé des coups. Le matériel de chronométrange mis à la disposition de la salle des juges par le WAC doit incessamment être réparé sinon il ne pourra jouer comme ce fut le cas du Raja lors de la saison écoulée contre le MAS. A Berkane, la RSB a encore une fois démontré ses capacités physiques et techniques en venant à bout d’une méconnaissable équipe du TSC, en chute libre cette sison. Score final : 78-62. La meilleure opération est à mettre au crédit du Raja de Casablanca qui, malgré une multitude de problèmes, a pu, en déplacement, engranger les trois points de la victoire. Score 66-83. Après son revers dû à la défaillance de l’arbitrage qu’a connu sa rencontre face au TSC, le MAS, très bien emmené par son catalyseur Matar M’Bay, s’empare d’une belle victoire méritée au détriment de l’IRT. Le match se termine par 71-56 pour les canaris. Dans la salle Ibn Yassine, le FUS n’a trouvé aucune difficulté pour balayer de son parcours la jeune et ambitieuse équipe du CODM sur la marque sans appel de 72-49. Un résultat qui leur permet de prendre la tête du classement en compagnie du WAC, l’ASS et la RSB avec 13 points.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *