Un nul qui arrange tout le monde

Un nul qui arrange tout le monde

Le choc des frères ennemis s’est finalement soldé sur un nul. Allemands et Néerlandais ont en effet été acculés au partage des points dans un stade du Dragon à Porto plein à craquer. Le match a tenu toutes ses promesses. Tout au long de la première demi-heure de jeu, les attaquants des deux côtés ont pris d’assaut les bois adverses, même si les tentatives des Oranges n’ont pu aboutir faute d’une finition à revoir.
A la 31ème minute, les poulains de Dick Advocaat ont été surpris par un but de Torsten Frings. Alors que le match s’acheminait vers sa fin, les Allemands, le capitaine Oliver Kahn à leur tête, croyaient ferme à une première victoire qui leur assureraient une suite de compétition très confortable. Mais c’était sans compter vers la détermination des Orange qui ont réussi une belle égalisation signée Ruud Van Nistelrooy à 9 minutes de la fin du temps réglementaire.
L’attaquant de Manchester United est ainsi venu gâcher ce qui aurait pu être une double fête pour le kipper allemand, sacré meilleur joueur du dernier mondial asiatique, qui a fêté mardi dernier son 35ème anniversaire. Le gardien de but du Bayern Munich a dû se contenter d’un nul pour cadeau. Très critique à l’égard de sa sélection nationale avant le début de la compétition, la presse allemande est revenue à plus d’assurance et d’optimisme. «Europe, nous revoilà!», a titré mercredi Bild Zeitung qui affirme que le onze de Rudi Voeller démontre qu’il est capable de relever les défis qui l’attendent. «Pendant 81 minutes, nous avions le co-favori néerlandais au bord de la défaite. Qui en aurait rêvé?», souligne-t-il.
Pour Bild Zeitung, les Néerlandais n’ont pas mérité l’égalisation soulignant : «Nous étions quand même bien meilleurs! Quel jeu! Quel roman policier!». Le nul entre Allemands et Néerlandais a fait un grand heureux, la sélection tchèque, qui a battu, non sans peine, son homologue de la Lettonie (2-1). Cette dernière, petit poucet de ce groupe D dit de la mort, s’est même permise le luxe d’ouvrir la marque juste avant la pause.
Les Tchèques n’ont réussi à redresser la barre puis à remporter les trois points de la victoire que dans les vingt dernières minutes de cette rencontre qui s’est déroulée à Aveiro (nord). Ces deux buts tchèques ont été signés Baros et Heinz, respectivement à la 73ème et la 85ème minutes. Le premier n’a pas caché sa satisfaction quant à ce résultat. «Leur but était de ma faute parce que j’ai perdu le ballon et qu’ils ont marqué sur la contre-attaque», a reconnu l’attaquant de Liverpool, qui en est désormais à 17 buts en 26 sélections. Et d’ajouter : «J’ai été d’autant plus heureux de marquer à mon tour en seconde mi-temps».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *