WAC-Al Hilal : L’heure de vérité

WAC-Al Hilal : L’heure de vérité

Cible verrouillée pour le WAC de Casablanca. Dans le collimateur, le club d’Al-Hilal saoudien, face auquel les Wydadis n’ont pas droit à l’erreur. Le club casablancais aborde, en effet, le match retour des quarts de finale de la Champion’s League arabe avec beaucoup de sérénité. Ayant concédé une défaite en match aller, les données semblent avoir changé pour ce retour. Tout d’abord, les éléments qui n’ont pu faire le déplacement en Arabie saoudite, se contentant de suivre le match à travers le petit écran, seront, cette fois-ci, de la partie. Que ce soit Benchrifa, Madihi ou Gosso, suspendus pour cumul d’avertissements, ou encore Sersar, présentant un handicap à cause d’une douleur chronique à la cuisse : le WAC était sévèrement amputé de ses éléments les plus importants, lors du match aller au King Fahd Stadium.
De plus, le mental, quelque peu ébranlé, avec lequel les Wydadis ont abordé la rencontre, n’est plus à l’ordre du jour. En effet, les éléments du WAC se faisaient une idée surdimensionnée de leur adversaire. Du coup, l’entame du match avait mis en évidence une certaine timidité de la part des Marocains. Au fur et à mesure que l’on entrait dans le vif du sujet, il s’est avéré qu’Al-Hilal était tout sauf l’ogre footballistique tant redouté.
Cela a été confirmé lors du retour des vestiaires, lorsque les Rouge et Blanc se sont montrés plus offensifs, affichant plus d’assurance et de détermination face à cet adversaire qui n’était, finalement, qu’un géant de papier. Aussi, notera-t-on que l’arbitrage avait été montré du doigt à l’issue de cette rencontre. L’arbitre jordanien aurait commis des erreurs d’arbitrage monumentales. Ce qui est sûr, en revanche, et de l’avis de plusieurs observateurs de la chose sportive, c’est que son impartialité est remise en question.
À noter que ce soir, au Complexe sportif Mohammed V, la rencontre sera officiée par un staff algérien.  
Globalement, la mission du WAC s’annonce plutôt sans embûches particulières. Le 12e joueur étant de la partie, celle-ci ne sera que plus aisée. Et la pelouse aura également son mot à dire puisqu’il semble que la qualité du gazon aurait contrarié l’entraîneur brésilien, qui prend en main le club saoudien.
Parallèlement, certains éléments d’Al-Hilal devraient être absents de cette rencontre, pour blessures durant les entraînements. C’est le cas de Fayçal Assaleh, touché au genou. Bref, autant de données qui devraient, en principe, simplifier la tâche des locaux et faciliter leur accès au tour suivant.
En fait, les Wyadadis sont investis d’une double mission. La première consiste à passer le cap d’Al-Hilal, accéder au tour suivant et représenter dignement le football national lors de cette compétition arabe. La seconde mission est propre au WAC, car il est le seul à en tirer des bénéfices, très généreux, financièrement parlant.
En effet, mener le chemin jusqu’au bout, en Champion’s League arabe, revient à s’assurer des rentrées en liquides conséquentes. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : près de 20 millions de DH en jeu. Pour le match que dispute le WAC ce soir, on parle de quelque 3,5 millions de DH qui entreront de facto dans les caisses du club. Voilà de quoi booster le mental des joueurs qui afficheront, sans aucun doute, un moral d’acier lors de ce retour.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *