ActualitéUne

PISA 2022 : Les élèves marocains toujours mal classés

Les écoles pionnières qui accueillent 320.000 élèves représentent cependant une lueur d’espoir

Education : L’école marocaine toujours à la traîne. Les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) sont tout simplement édifiants confirmant la crise des apprentissages dont souffrent les élèves du système éducatif public. Les détails.

De mal en pis pour les élèves de l’école publique au Maroc. Un nouveau classement international est venu confirmer encore une fois la crise des apprentissages dont souffrent les élèves du système éducatif public. Les chiffes sont édifiants et révèlent même une détérioration du niveau en comparaison avec les résultats obtenus lors de la première participation du Maroc au programme. Après l’édition 2018, le Maroc a participé pour la deuxième fois au Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA). Selon un communiqué du ministère de l’éducation nationale, du préscolaire et des sports, l’enquête s’est déroulée courant les mois d’avril et mai 2022. Cette enquête d’une périodicité de trois ans avec une interruption de sa huitième session en 2021 à cause de la pandémie Covid-19 est pilotée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Elle évalue les connaissances et les compétences des élèves de 15 ans dans trois domaines fondamentaux : la culture mathématique, la compréhension de l’écrit et la culture scientifique. La même source précise que dans chaque édition, l’un des trois domaines est choisi comme « principal ».

En 2022, le domaine principal a été « la culture mathématique ». En outre, chaque session de l’enquête PISA comprend une évaluation supplémentaire d’un domaine innovant. Pour 2022, il s’agissait de la pensée créative. Le Maroc a participé à l’édition 2022, avec un échantillon de 6.867 élèves de 15 ans relevant de 177 établissements des deux cycles secondaires (collégial et qualifiant) publics, couvrant les 12 académies régionales d’éducation et de formation. L’enquête PISA 2022 révèle que les élèves marocains des écoles publiques ont obtenu des résultats inférieurs à la moyenne de l’OCDE, et en nette détérioration par rapport à la précédente enquête réalisée en 2018, dans les trois domaines de l’étude : 365 points en culture mathématique (contre 368 points en 2018), 365 points en culture scientifique (contre 377 points en 2018) et 339 points en compréhension de l’écrit (contre 359 points en 2018). «Dans le classement Pisa 2022, sur 81 pays, le Maroc est classé 71ème en culture mathématique, 79ème en compréhension de l’écrit, et 76ème en culture scientifique, soit un recul de 9 rangs sur les deux derniers champs. Ces résultats viennent en confirmation de tous les diagnostics nationaux et internationaux, et font de la crise des apprentissages dont souffrent les élèves du système éducatif public une problématique prioritaire à adresser, selon une approche de responsabilité, de transparence et d’urgence telle qu’adoptée par le ministère de l’éducation nationale, du préscolaire et des sports dans le cadre de la feuille de route 2022-2026», explique la même source.

Depuis septembre 2023, dans les écoles pionnières qui accueillent 320.000 élèves, la réforme telle que définie dans la feuille de route est en cours dans les classes. Le paradigme d’apprentissage des enfants a été intégralement revu, appuyé par la science et la recherche, avec une évaluation individuelle et contrôlée par des partenaires externes. Grâce à la mobilisation des enseignants et des équipes pédagogiques au sein des écoles pionnières, la première évaluation du niveau des élèves révèle que la majorité d’entre eux de la 2ème à la 6ème année du primaire affiche une amélioration sensible des taux de maîtrise dans les compétences évaluées. Ces premiers impacts mesurés démontrent qu’un redressement aussi important et rapide du niveau des élèves est possible grâce au travail collaboratif de l’équipe pédagogique : enseignants, directeurs, inspecteurs, administration provinciale et régionale. L’expérimentation large des écoles pionnières sera étendue à 2.000 établissements primaires chaque année, afin de couvrir tous les établissements d’ici 2026. Quant aux établissements du secondaire, les collèges pionniers démarreront à la rentrée de septembre 2024.

A noter qu’en septembre dernier, le ministre de l’éducation nationale, du préscolaire et des sports, Chakib Benmoussa, avait présenté les chiffres et une série de nouveautés de la rentrée scolaire 2023/2024. Selon les données présentées par le ministère, 6,9 millions d’élèves sont inscrits au secteur public et 1.038.528 inscrits au privé. Ainsi sur un total de 6.935.106, 3.817.473 sont inscrits au primaire, 1.980.849 au secondaire et 1.136.784 au secondaire qualifiant. 12.198 établissements dont 237 nouvelles structures et 308 écoles communautaires ont accueilli les élèves.

Articles similaires

ActualitéUne

Diplomatie: La France propose au Maroc un partenariat « d’avant-garde » pour les 30 ans

La France veut un partenariat avec le Royaume sur le long terme....

AutreEconomieUne

Loi de Finances 2024 : Les nouvelles dispositions fiscales expliquées aux opérateurs du Nord

La réforme de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) constitue l’une...

SociétéUne

Pour une période de 20 ans : Casablanca cherche un gestionnaire pour son centre de valorisation des déchets

Caractérisés par une forte humidité (65 à 70%), les déchets ménagers sont...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus