Economie

Guerre des prix, crise de consommation et filiales déficitaires: Maroc Telecom prêt à en découdre

Avec un résultat net en régression de 8% contre une croissance de 13,9% du chiffre d’affaires, Maroc Telecom réussit, tant bien que mal, à maintenir le fragile équilibre entre un marché marocain où la concurrence bat son plein et la conquête de nouveaux marchés africains.
Commentant la baisse du résultat net du groupe, «les nouvelles filiales acquises par Maroc Telecom sont déficitaires.

Sans ces filiales, la baisse serait à des niveaux moins graves», a expliqué Abdeslam Ahizoune, président du directoire de Maroc Telecom, lors de la conférence de présentation du bilan semestriel de l’opérateur vendredi dernier à Rabat.
Il faut dire qu’outre ces nouvelles filiales en mauvaise santé financière, le marché marocain connaît une baisse de l’activité. «Les prix baissent du fait de la concurrence, mais sans que cela engendre une hausse de la consommation», a noté Ahizoune.

Les prix ont, en effet, baissé de 56% sur les trois dernières années, et de 39% sur les deux dernières années tandis que l’usage n’a, lui, progressé que de 8%. Si l’on en croit le patron de l’opérateur historique, cette tendance pourrait, à moyen et à long termes, menacer le volume d’investissement du secteur.                

L’acquisition de six nouvelles filiales africaines le 23 janvier dernier a, par ailleurs, permis une augmentation de 32% du parc de l’opérateur qui s’est établi à 51 millions de clients à fin juin 2015, mais également une hausse de 13,9% du chiffre d’affaires par rapport au premier semestre de 2014. Cette hausse résulte d’une baisse de 2% du chiffre d’affaires au Maroc, symptôme d’une crise de consommation, compensé par une hausse de 5,3% des activités à l’international. Notons que la baisse du chiffre d’affaires de l’opérateur au Maroc a été atténuée par une très bonne tenue des activités fixe et internet (adsl), dont Maroc Telecom détient le monopole, qui ont connu une croissance de 9% en un an.

«Le fixe est en train de retrouver ses chiffres historiques de l’ère d’avant le mobile. Il est essentiellement tiré par l’ADSL», a précisé Abdeslam Ahizoune.
Dernier-né des nouveautés du secteur, la 4G s’est naturellement taillé une part centrale de l’exposé du président de Maroc Telecom. «Nous disposons déjà de la première part de marché de la 4G», a assuré Abdeslam Ahizoune, expliquant ce leadership par la large base de clients 3G dont dispose l’opérateur, et par les modalités de passage à la 4G qu’il a fixées. «C’est simple, nos clients n’ont pas eu à se déplacer», a-t-il noté.

Rappelons également que Maroc Telecom propose la 4G+ à ses clients, une technologie qui peut avoir un débit dépassant de 50% celui de la 4G et peut atteindre, selon Ahizoune, 250MB/s. 

Articles similaires

EconomieUne

M.Akhannouch visite et lance plusieurs projets socio-économiques à Tiznit

Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a lancé, vendredi, une série de...

EconomieUne

Alpha Assurances primée pour la seconde fois aux Trophées de l’Assurance pour son programme d’assurance panafricain

Le cabinet de courtage en assurances et réassurance « Alpha Assurances »...

EconomieUne

Bonnes pratiques agricoles et économie d’eau : Une rencontre de sensibilisation au profit des agriculteurs d’Alnif et d’Ammar

Une occasion unique pour acquérir de nouvelles connaissances et compétences

Economie

Le Cluster EnR veut construire un écosystème collaboratif «solide»

Le Cluster EnR compte plus de 210 membres actifs et accompagne en...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux