Edito : Une chance

Edito : Une chance

A travers l’histoire d’un pays, certaines générations ont la chance d’être témoin d’un moment unique ou d’un événement.

C’est le cas de ceux qui étaient là au moment où le Maroc accédait à son indépendance ou ceux qui ont vécu en direct la Marche Verte en 1975. La pandémie qui sévit dans le monde depuis mars 2020 restera incontestablement dans les annales comme étant un épisode inédit de l’histoire moderne. Et pas seulement en termes négatifs. Certes, les implications sanitaires, économiques et sociales sont tellement flagrantes qu’elles ont relégué au second rang tous les autres aspects dont beaucoup sont, paradoxalement, positifs.

A la petite échelle de notre pays, la pandémie, avec du recul, a été un épisode fabuleux, riche en expériences humaines et managériales inédites durant lequel les Marocaines et les Marocains toutes catégories et tous profils confondus ont été condamnés à pousser encore plus loin leurs limites. Des décideurs publics et des politiques n’auraient jamais pensé pouvoir trouver des recettes pour assurer la continuité d’un pays avec une économie qui tournait au ralenti pendant des mois voire à l’arrêt total par moments.

Même en voulant seulement faire des simulations, un tel scénario n’aurait jamais été retenu comme possible. Dans le secteur privé, ils sont probablement rares les décideurs, chefs d’entreprises et managers qui auraient retenu une telle situation parmi les hypothèses de leurs projections et plans stratégiques. Mais ceux d’entre eux qui ont été les plus résilients sont ceux-là qui ont su très rapidement adapter les modes de fonctionnement, les process, les structures et les organisations à la nouvelle donne.

Il y a également ceux qui ont su faire preuve de créativité, de combativité et d’esprit de rupture avec le passé. Pour un manager, c’est presque une chance d’avoir eu à vivre et surtout à gérer une telle situation. Vivement le vaccin et la sortie de crise, mais il serait dommage qu’une telle dynamique ne soit pas maintenue, perpétuée voire démultipliée après la pandémie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *