Ça roule pour la Logan

Ça roule pour la Logan

Evénement automobile très attendu au Maroc, autant par les professionnels du secteur que par la clientèle, le démarrage commercial de la Dacia Logan se fera officiellement demain, jeudi 7 juillet 2005. Auparavant, Renault Maroc a convié (lundi et mardi derniers) une quinzaine de journalistes de la presse écrite nationale à découvrir et conduire cette berline tricorps. Une opération savamment orchestrée sur le plan logistique, avec la présence de quelques hauts responsables du constructeur au losange et ayant pour circuit d’essai Marrakech et ses environs.
Ce premier contact avec la Logan, «made in Morocco», a notamment permis de se faire une idée précise sur le niveau d’assemblage et de finition de l’auto. Extérieurement tout d’abord, avec une régularité des accostages entre les portières et les panneaux de carrosserie, ou encore la qualité des jointures en caoutchouc.
Première constatation: le travail de la Somaca est de bonne facture et n’appelle pas à la critique, du moins, pour un véhicule prétendu «très accessible». Esthétiquement, la Logan affiche une ligne classique avec malle arrière, mais au design assez moderne. En témoignent quelques atours, comme ses phares effilés, son capot nervuré et plongeant, ou encore ses passages de roue bien marqués et inspirant une certaine solidité de l’ensemble. A ce titre, on rappellera que la Logan s’est contentée de trois étoiles aux crash-tests EuroNCAP, soit un score et un niveau de sécurité assez corrects pour une voiture de cette trempe.
Pour le reste, la Logan est aussi un véhicule d’un certain gabarit : 4,25 m en longueur, soit autant qu’une Mégane quatre portes et 1,52 m en hauteur, soit plus qu’une Peugeot 307. Des dimensions qui se traduisent à bord par un volume habitable suffisant pour transporter –décemment- cinq adultes et leurs bagages. Car avec ses 510 litres, le volume du coffre est aussi grand que celui d’une Volkswagen Passat ou une Peugeot 607, qui sont des berlines des segments supérieurs.
Bien avant de découvrir les spécifications d’équipement et de prix, on prend place à bord des véhicules. Là encore, le constat de qualité ne fait pas défaut. Il faut aussi reconnaître qu’à l’origine, les ingénieurs de Renault ont opté pour une planche de bord monobloc pour, justement, éviter les désagréments éventuels de vibrations et de grincements qui pourraient se produire avec le temps.
Résultat : le confort acoustique durant le roulage est assez appréciable. Plus tard, on apprendra que deux exemplaires de la Logan montée à la Somaca ont parcouru, durant ces trois derniers mois, plus de 30.000 km d’essai. En clair : Renault Maroc, talonnée par les «ingénieurs qualité» de la maison-mère, n’a rien laissé au hasard. En attendant l’entrée en service d’une motorisation Diesel (1.5 litre dCi), prévue pour octobre prochain, la Logan n’est actuellement disponible qu’en un seul bloc essence. Il s’agit du 1.4 litre MPI (injection multipoint) qui développe 75 chevaux, pour un couple de 112 Nm. Seul hic pour ce moteur issu de la banque d’organes actuels de Renault : sa cylindrée, qui le classe 8 CV fiscaux. Cela, malgré sa relative sobriété, avec une consommation moyenne établie à 6,8 l/100 km. Rien de vraiment décourageant, puisque quelques centaines de clients ont déjà passé commande pour la Logan depuis le Salon Tec’Auto, soit prêt d’un mois avant son lancement.
Reste à découvrir les configurations d’équipement et les prix y afférant. Une question pour laquelle le suspense de Renault a été maintenu jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’au soir de la présentation détaillée du véhicule à la presse. Et là, pas de doute : Renault a bien calculé son jeu. La gamme marocaine de la Dacia Logan est déclinée en trois niveaux d’équipement : «Logan» (l’entrée de gamme), «Ambiance» (la finition intermédiaire) et «Lauréate» (la version haute). Spartiate, la première fait l’impasse sur l’autoradio K7, les lève-vitres électriques avant, la commande à distance du verrouillage et les appuis-tête arrière. Elle n’offre pas non plus la direction assistée, ni même un miroir sur le pare-soleil et encore moins un airbag pour le conducteur.
Tous ces équipements se retrouvent sur la version «Ambiance», qui ajoute aussi des projecteurs anti-brouillard, du chrome sur la calandre et la fonction recyclage de l’air dans son système de chauffage/ventilation. La Logan «Lauréate», elle, place la barre bien plus haut avec des équipements très actuels. On y trouve le double airbag frontal, la climatisation (manuelle), un ordinateur de bord, l’autoradio à lecteur CD, les quatre vitres et rétroviseurs à réglages électriques, ainsi que des roues de 15 pouces (au lieu de 14), qui plus sont pourvus d’enjoliveurs spécifiques.
Les prix (enfin !) : 72.200 Dhs pour la basique Logan, 84.200 Dhs pour la Logan Ambiance et 96.200 Dhs pour la «Lauréate». Ces prix sont TTC, mais hors frais d’immatriculation et de peinture métallisée (facturée à 2500 Dhs). Enfin, la Logan est disponible en six teintes de carrosserie, assortie d’une garantie d’un an (kilométrage illimité) et profitant d’un financement spécial auprès de Wafasalaf (crédit à partir de 999 Dhs par mois). Que d’arguments tentants…
Mais qui aurait cru que la Dacia Logan serait si accessible ? De quoi augurer un joli succès commercial et peut-être même remplacer, dans l’esprit des Marocains, une certaine Fiat Siena, jadis elle aussi montée à la Somaca.
Mais la Franco-roumaine, naturalisée marocaine, présente bel et bien un rapport prix/équipement autrement plus intéressant que celui qu’avait la Fiat en son temps. Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui, il y a encore matière à hésiter entre les deux modèles. Un comparatif s’impose. ALM vous le réserve pour mercredi prochain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *