Audi, maître au Mans

Depuis dimanche dernier, «l’Homme du Mans» n’est plus le Belge Jacky Ickx, mais le Danois Tom Kristensen. Ce dernier a en effet remporté pour la septième fois de sa carrière les 24 Heures du Mans. Agé de 37 ans, Kristensen avait gagné au Mans en 1997 sur TWR, avant de s’imposer ensuite tous les ans sans interruption depuis l’an 2000, toujours sur Audi sauf en 2003, où il a couru sur Bentley. Cette année, il s’est imposé au volant de l’Audi R8 n°3 de l’équipe américaine Champion Racing. Une R8 sur laquelle il s’est relayé avec deux autres pilotes : l’Allemand Marco Werner et l’ancien pilote finlandais de Formule 1 JJ Lehto.
Dès les premiers tours, un joli bras de fer s’engage entre les Audi et les bolides de l’écurie française Pescarolo Sport. Ces derniers tentent de démontrer leur supériorité en vitesse. Et ils y arrivent. Après deux heures de bataille et de rythme infernal, les deux Pescarolo s’installent en tête et creusent rapidement l’écart sur les Audi. Jean-Christophe Boullion sur la Pescarolo n°16 compte alors plus de 2 min 30 sec d’avance sur la première Audi. Les voitures de cette dernière rivalisent, mais ne parviennent pas s’imposer. Mais à partir de 17h00, soit après trois heures du départ, l’Audi (future victorieuse) prend la tête de la course. Car, pour les Pescarolo, les ennuis allaient bientôt commencer. D’une part la Pescarolo n°16 dirigée par Henri Pesacrolo subit un problème de boîte de vitesse, et d’autre part la n°17 de Soheil Ayari, en tête de la course, se fait accrocher par la Panoz n°78. La N°16 court alors durant toute l’après-midi pour récupérer le temps perdu et parvient à se hisser à la deuxième place.
A la tombée de la nuit, trois Audi sont en tête de la course, et les Pescarolo sont retombées au classement. La course enregistrait aussi la première participation de l’actuel champion du monde des Rallyes, Sébastien Loeb sur une Pescarolo justement, avec comme coéquipiers Soheil Ayari et Eric Hélary. Mais leur voiture sera contrainte à l’abandon. En effet, à quatre heures de la fin de la course, Ayari tape fort dans le mur de pneus de la chicane Playstation, entraînant des dégâts trop importants sur la Pescarolo. Même problème pour Kristensen, qui malgré toute son expérience, part à la faute dans le virage Michelin et finit dans les graviers, mais évite de justesse de toucher les pneus entourant la piste. Le leader de la course réussit alors et à regagner les stands sans dégât pour passer le relais à son coéquipier JJ Lehto. Kristensen reprendra le volant, pour ne plus se relayer après, jusqu’à la fin de l’épreuve. A l’issue d’une course mouvementée et indécise jusqu’au bout, l’Audi R8 n°3 s’impose finalement avec deux tours d’avance sur ses rivales (370 contre 368). L’écurie Pescarolo Sport, elle, finit en deuxième place, grâce aux Français Emmanuel Collard, Jean-Christophe Boullion et Erik Comas. La troisième place revient à l’autre Audi du Team Champion, pilotée par l’Italien Emanuele Pirro, l’Allemand Frank Biela et le Britannique Allan McNish. Au final, dotées d’une fiabilité sans faille, les Audi ont remarquablement joué la carte de la stabilité, parvenant à maintenir leur leadership et leur dominance sur la plus prestigieuse des courses d’endurance.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *