Auto infos

Toyota Yaris TS : une citadine «éco-sportive»
S’il n’y a pas vraiment de nouveautés pour le Mondial de l’automobile de Paris (du 30 septembre au 15 octobre), Toyota n’aura pas pour autant un stand moins attractif que les autres. Et pour cause, le premier constructeur automobile japonais présentera en avant-première la Yaris TS. Il s’agit de la version la plus puissante de toutes les Yaris, concoctée par les soins de la division Toyota Sport (d’où son sigle, TS) et destinée à une clientèle attirée par une conduite un peu sportive. Esthétiquement, point de grandes modifications, mais plutôt la présence de quelques détails inédits tels que des bas de caisse, une calandre en nid d’abeilles, des jantes spécifiques, une sortie d’échappement chromée ou encore un discret becquet à l’arrière. En revanche, le moteur, lui, est bien différent par rapport à celui du modèle de base. Il s’agit d’un nouveau 4 cylindres 1.8 litre VVT-i de 132 chevaux. Un petit bijou mécanique, puisqu’il peut, tout en affichant des valeurs de consommation et de pollution faibles, propulser cette citadine à 194 km/h et offrir quelques fortes sensations routières. Et pour pouvoir suivre ce tempérament -un brin- sportif, châssis et suspensions ont été retravaillés avec à la clé, plus de rigueur. A noter enfin que la Yaris TS ne sera pas lancée avant 2007.

Volkswagen Iroc : le break de chasse selon VW
Volkswagen prépare ses futurs modèles à travers des concept-cars assez futuristes, mais d’inspiration passéiste. Ainsi, pour le Mondial de l’automobile de Paris, le constructeur de Wolfsburg va présenter l’étude de style Iroc. Un sulfureux prototype, arborant une carrosserie de break de chasse, mais qui se veut une sorte de successeur spirituel du Scirocco, le très populaire coupé qu’avait lancé VW durant les années 70. Esthétiquement, l’Iroc profite d’un look très agressif comme le suggère sa face avant affublée d’une gigantesque calandre trapézoïdale et de larges projecteurs au dessin complexe. Pour le reste, on retiendra des traits tendus jusqu’à l’arrière, marqué, lui, par un hayon court et assez vertical. A l’intérieur, l’Iroc joue résolument la carte de la sportivité (sièges avant baquets avec harnais…), mais aussi celle du high-tech, avec par exemple un levier de vitesse qui s’escamote dans la console centrale lorsque l’auto n’est pas démarrée. Mécaniquement, ce concept-car fera confiance à un bloc TSi de 210 ch, mais viendra surtout confirmer que VW envisage bien de développer des moteurs essence de ce type. Pour rappel, la technologie TSi combine les avantages de la suralimentation (turbo et compresseur) avec celui de l’injection directe (d’essence).

Dongfeng-Citroën : une C2 strictement chinoise
Partant du postulat que le marché automobile chinois présente un fort potentiel de croissance dans le moyen terme, les constructeurs européens continuent de développer des modèles spécifiques pour s’y attaquer. Dernier exemple en date, celui de Dongfeng-Citroën, la filiale chinoise de la marque aux chevrons, qui après avoir introduit la C-Triomphe (une C4 avec malle arrière) annonce l’arrivée d’une C2 bien différente de celle qui existe déjà. En fait, il s’agit d’un modèle basé sur le châssis et de la Peugeot 206, mais qui en reprend également la quasi-totalité des éléments de carrosserie, avec comme principal trait distinctif, une face avant inédite. Cette dernière est même si singulière qu’elle arbore le nouveau style des prochaines Citroën, comme le futur Picasso. La partie arrière s’assimile, elle, à celle d’une 206 «tunée», avec notamment des blocs de feux à fond chromé. Avec 600.000 véhicules vendus en Chine durant 14 ans, Citroën est l’un des constructeurs étrangers les plus actifs dans l’Empire du Milieu, grâce aux modèles Fukang, Elysée, Xsara Picasso, C-Triomphe et C5. Une gamme étoffée à laquelle il ne manquait qu’une citadine. C’est désormais chose faite avec cette C2 chinoise que les responsables de la marque ambitionnent de vendre à 40.000 unités par an.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *