Balais d’essuie-glace : Quand les changer ?

Balais d’essuie-glace : Quand les changer ?

L’essuie-glace existe depuis que l’automobile est devenue un moyen de transport assez courant. Plus précisément, c’est en 1916 que les premiers balais apparurent aux Etats-Unis, soit avec l’ère de la production automobile à la chaîne. Mais leur grande évolution ne s’est faite que durant ces dix dernières années.
Techniquement, un balai d’essuie-glace de pare-brise se compose traditionnellement d’une partie mobile (le bras) ; d’une lame de caoutchouc servant à essuyer les vitres (le racloir) et d’une pièce servant à attacher le balai au bras (l’attache). Sur un pare-brise, le ou les bras d’essuie-glace sont actionnés par un moteur électrique et selon une vitesse pouvant être ajustée par le conducteur. Ils pivotent de façon répétitive, en effectuant un mouvement de va-et-vient cadencé au-dessus du verre. De ce dernier, l’essuie-glace évacue l’eau des pluies afin de dégager au maximum la visibilité frontale.
On remarquera aussi que, si sur la plupart des voitures les essuie-glaces sont disposés de façon à avoir un mouvement en parallèle, il existe aussi une autre cinématique de balayage de pare-brise sur d’autres modèles (Peugeot 307, Seat Altea…). Celle-ci, dite «en papillon», fait que les deux balais se déplacent du milieu inférieur du pare-brise vers ses montants, ce qui a pour avantage d’atteindre les coins supérieurs.
Autre distinction, celle que l’on peut faire entre des balais traditionnels et ceux apparus durant ces cinq dernières années. En effet, depuis 2000, l’équipementier Bosch a mis au point un nouveau type de balais, à travers son modèle baptisé Aerotwin (photo en médaillon). Il s’agit de balais plus larges, mais assez plats, directement reliés aux bras et donc sans attache apparente. Leurs avantages : ils suivent mieux les courbures du pare-brise grâce à des lamelles intégrées dans la lame caoutchouc, sont moins sensibles à la vitesse, pèsent deux fois moins que des balais traditionnels et sont moins bruyants grâce à leur meilleure aérodynamique. Des atouts qui n’ont pas manqué de séduire les constructeurs automobile, puisqu’on retrouve ces essuie-glaces sur les récents modèles, même de petit gabarit comme la Peugeot 207 ou la VW Polo restylée.
Maintenant, il faut savoir qu’il est primordial d’entretenir régulièrement les balais afin d’éviter d’endommager le pare-brise. Cela passe d’abord par le lavage, de temps à autres, des lames de caoutchouc durant les périodes sèches. Ensuite par une inspection minutieuse des lames, qui ne doivent comporter aucune gerçure. Quant au remplacement desdits balais, il est conseillé de le faire au moins une fois par an. C’est ce que recommandent les fabricants d’essuie-glaces, qui préconisent même de changer les balais deux fois par an dans certains pays à climat pluvieux. Enfin, question prix, il y en a pour toutes les bourses.
En haut du tableau, on trouve les balais plats (Bosch Aerotwin, Denso…) tournant autour des 500 DH, alors que des balais universels de grandes marques (Valeo, Bosch…), s’affichent entre 80 et 150 DH. Pour les petits budgets, il existe même des balais à 15 DH la paire ! Des balais à la qualité douteuse et à l’origine inconnue (probablement de provenance asiatique). A éviter. Car, pour une question de longévité, il est plus sûr de faire confiance à des modèles référencés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *