Carlos Ghosn annonce la fin du redressement de Nissan

«Je suis très content d’annoncer que le processus de redressement de Nissan est achevé», s’est félicité M. Ghosn lors d’une conférence de presse au siège tokyoïte du groupe. Le PDG a annoncé que l’ultime objectif du deuxième plan de redressement, dit "Plan 180", serait atteint fin septembre. Cet objectif était de vendre, entre octobre 2004 et septembre 2005, un million de véhicules de plus qu’au cours de l’exercice achevé fin mars 2002, soit 3,6 millions d’unités au total.
Selon les dernières prévisions, Nissan devrait même dépasser légèrement l’objectif de ventes mondiales pour atteindre 1.050.000 unités supplémentaires d’ici la fin du mois, a précisé M. Ghosn. Cet objectif, le «plus difficile» selon M. Ghosn, avait été mis en doute par certains analystes. Les autres visées du "Plan 180" mis en place en 2002, soit une marge bénéficiaire d’exploitation de 8% et une dette nulle, ont déjà été satisfaites.
Le marché nord-américain (Etats-Unis et Canada), avec 440.000 unités supplémentaires vendues, a le plus contribué à la réalisation de cet objectif, suivi des autres ventes à l’étranger (hors Japon et Europe) qui ont participé à hauteur de 360.000 véhicules supplémentaires. Toutefois, M. Ghosn a évoqué son «pessimisme» au sujet du marché américain, où Nissan compte revoir ses prévisions de vente à la baisse pour les six prochains mois, en raison notamment des conséquences liées au cyclone dévastateur Katrina.
Les ventes au Japon (180.000 unités), qui sont en constante augmentation depuis trois ans, ont aussi été en deçà des prévisions, a souligné Carlos Ghosn. Visiblement très satisfait, le patron de Nissan et de Renault a proclamé ce succès au moment même où — coïncidence ? — le seul autre grand PDG étranger du Japon, l’Américain d’origine galloise Sir Howard Stringer, annonçait des suppressions d’emplois et des fermetures d’usines chez le géant de l’électronique en difficultés Sony.
En 1999, M. Ghosn était lui aussi arrivé à la tête d’un groupe en déclin, lesté de 20 milliards de dollars de dettes. Le premier plan de redressement qu’il avait mis en place chez Nissan avait fait l’effet d’une douche froide, avec la suppression de 21.000 emplois. Le PDG de Nissan a, par ailleurs, indiqué son intention de se consacrer désormais à la réalisation du troisième plan de développement sur trois ans, baptisé «Value-up». Le plan «Value-up», qui sera mis en oeuvre jusqu’en 2007-2008, marque pour le constructeur japonais le début d’une nouvelle étape, au cours de laquelle il devra parachever son alliance et améliorer ses synergies avec le français Renault.
Les deux constructeurs réalisent déjà 70% de leurs achats ensemble et partagent deux plates-formes de production. «Value-up» consistera à relever encore les objectifs du plan 180: lancer 28 modèles d’ici 2008, parvenir à des ventes mondiales de 4,2 millions de véhicules d’ici la fin 2007, et maintenir un minimum de 20% de rendement du capital investi (ROE) afin de dégager "une des meilleures marges opérationnelles de l’industrie automobile", avait expliqué M. Ghosn. Le Français a, entre autres, réaffirmé son intention de développer sa nouvelle marque de luxe Infiniti, de consacrer des efforts accrus au marché chinois et d’être attentif au design des véhicules.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *