Citadine taille fine

Citadine taille fine

Après s’être reconverti à une activité d’importateur à 100 %, Fiat Auto Maroc a substantiellement enrichi son offre. Ainsi, outre la gamme des Palio, Siena et Palio Weekend importée du Brésil, et bientôt la nouvelle version de la légendaire Uno, la filiale marocaine du constructeur turinois propose également une citadine de choix : la Panda. Elle succède au modèle du même nom, dont la longévité (la Panda est née en 1980), autant que le succès, phénoménal (plus de 4 millions unités écoulées !), en ont fait une véritable icône de l’histoire de l’automobile.
La nouvelle Panda, elle, semble également bien partie et promise à une belle carrière. Elue voiture de l’année 2004, elle n’a apparemment pas usurpé ce prestigieux titre, réalisant actuellement de bonnes performances commerciales sur les marchés européens. Ses atouts : une fabrication de qualité, un intérieur flexible et fonctionnel, mais avant tout un certain capital sympathie, fruit d’un style carré, mais unique, comme sa devancière. Sans être extravagante, la ligne extérieure est bien dans l’air du temps : capot court, phares rectangulaires, passages de roues marqués et feux arrière verticaux façon break Volvo. Longue de 3,54 m, la Panda arbore une architecture tout en hauteur, culminant à 1,54 m, et ce, sans les barres de toit, qui restent en option. Outre des baguettes de protection et la présence de troisième vitres carrées, le profil est surtout dynamisé par le dessin arqué des vitres latérales, qui constitue l’unique «rondeur» de l’ensemble. Mais la Panda se veut également fonctionnelle par son design. Ainsi, l’immense pare-brise est un gage de luminosité à bord, tandis que la découpe des portières permet un accès à bord des plus aisés. On y découvre un habitacle moderne par sa présentation, affichant des habillages clairs et une certaine qualité de finition. On est bien loin de la première Panda dont l’intérieur aussi rustique que peut confortable, laissait apparaître de la tôle par endroit !
Malgré des plastiques plutôt durs, la planche de bord reste plaisante à l’oeil et se veut surtout ergonomique, grâce à une console centrale bien agencée, avec au centre, des aérateurs ronds et diverses commandes, et en bas, une implantation en hauteur du levier de vitesses. Un détail qui permet de dégager assez d’espace au conducteur et à son passager. En terme d’habitabilité toujours, la Panda dispose d’une banquette qui convient plus à deux personnes qu’à trois, qui plus est, seront plus à l’aise pour ce qui est de la hauteur sous pavillon, que pour la longueur aux jambes. Une longueur qui aurait pu être augmentée (tout comme la capacité du coffre) grâce à la banquette à assise coulissante… sauf que ce détail aussi pratique soit-il, n’a malheureusement pas été retenu par Fiat Auto Maroc. Regrettable ! D’autant plus que le coffre cube un volume assez moyen de 206 litres. Autre bémol : les espaces de rangement sont insuffisants et se limitent à une simple boîte à gant, surmontée d’un bac creux au niveau de la planche de bord.
Bref, vous l’aurez compris, la Panda a plus la fibre citadine que des prétentions de polyvalence. En d’autres termes, elle est plus disposée à une utilisation urbaine quotidienne, qu’à emmener famille et bagages en vacances. Pour preuve, le conducteur a droit à une position haute, gage d’une visibilité panoramique (idéal quand le trafic est dense), mais aussi à la direction assistée électrique «City», qui, conjuguée à la faiblesse du rayon de braquage permet à cette petite italienne une certaine malléabilité dans les créneaux de stationnement, ce qui est très important en ville. Mais surtout, la Panda s’anime du petit moteur essence 1.2 l, modeste par ses 60 ch de puissance et plus orienté vers la sobriété qu’autre chose. Sauf que là encore, il est bien dommage que Fiat Auto Maroc ne propose pas d’emblée la Panda avec l’excellent Multijet 1.3 l. Doté d’une injection par rampe commune de seconde génération, ce quatre cylindres Diesel à 16 soupapes développe 70 ch pour 145 Nm de couple, mais ne fera pas son apparition sur notre marché avant l’an prochain.
En attendant, la Panda doit donc se contenter d’une seule motorisation, mais aussi d’un seul niveau d’équipement, celui de la «Dynamic +». Il s’agit de la version la plus étoffée de la Panda, puisqu’on y trouve l’ABS, le double airbag, la climatisation automatique, l’autoradio CD, les jantes en alliage, ou encore le verrouillage centralisé des portes par commande à distance. Cette Panda se négocie à 150.000 DH, ce qui n’est pas excessif au vu de sa dotation complète. Un peu moins bien équipées, les versions attendues pour août et septembre prochains, la 1.2 l «Dynamic», puis la 1.1 l «Active», seront encore plus attrayantes par leur tarif, s’affichant à respectivement 136.000 DH et 122.000 DH. De quoi faire un peu d’ombre à une certaine Palio…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *