Citadines : le joli tour de force de la Ford Fiesta

Citadines : le joli tour de force de la Ford Fiesta

Une lecture plus détaillée des dernières statistiques de ventes recueillies par l’Association des importateurs de véhicules automobiles au Maroc (Aivam) permet de découvrir les principaux segments qui constituent «la colonne vertébrale» du marché national. Logiquement et en considérant les véhicules montés localement, ce sont les «ludospaces» et «citadines sedan» (selon la propre segmentation de l’Aivam) qui arrivent en tête avec, respectivement, 16 et 15% de parts sur le marché total (voitures particulières seulement). «Logiquement», car les ventes de ces deux types de véhicules (ludospaces et petites berlines tricorps) sont tirées par le succès de la Dacia Logan, ainsi que par les ventes du Renault Kangoo CKD et ses deux autres rivaux tricolores. Mais en troisième position dans ce que l’on pourrait considérer comme un bilan annuel par segments, c’est la «citadine» qui pointe le bout de son capot, avec 13.258 unités vendues l’an dernier, soit 14% de PDM. Mais dans ce volume, il faudrait ôter –histoire de ne pas biaiser l’analyse– quelque 3.800 unités qui correspondent aux ventes réalisées par l’autre Dacia produite à la Somaca, la Sandero. Le segment de la citadine importée se chiffre alors à exactement 9.453 ventes en 2009. Et dans cette catégorie bien précise, c’est une Ford qui coiffe le classement. Les chiffres sont sans appel ! 1.991 Fiesta ont été vendues durant l’année 2009 à travers le réseau de Scama (groupe Auto Hall(, l’importateur de Ford au Maroc. La citadine polyvalente a tout balayé sur son chemin, y compris des concurrentes de référence comme les Peugeot 206+ et 207, la Fiat Grande Punto et même la Volkswagen Polo. Mais surtout, la performance de la Fiesta mérite d’être commentée en chiffres. D’abord, celui de son volume de vente (près de 2.000 unités) qui fait qu’elle (la Fiesta) s’accapare plus de 20% en PDM dans le segment des citadines importées. Enorme ! Ensuite, il y a sa croissance. Alors que le segment de la citadine a plongé à -19%, soit deux fois plus que le marché global, la Fiesta, elle, a enregistré une progression spectaculaire de 19% ! Un véritable contraste avec ses rivales, qui ont toutes été dans le rouge au terme de l’année 2009. De la Peugeot 207 (-28%), jusqu’à la VW Polo (-4%), en passant par la Grande Punto (-18%). Pire encore pour la Clio III dont les ventes se sont écroulées (-45%) en 2009 et ce, malgré un remaniement de gamme, effectué en octobre dernier. Il faudrait honnêtement préciser que sur les ventes totales de la Fiesta, se confondent l’ancienne et la nouvelle générations de ce modèle. Mais même en considérant cette donne, la performance reste intéressante. D’abord parce que la nouvelle Fiesta a réalisé plus de 1.300 unités sur les 1.991 ventes précitées (soit plus de 65%). Ensuite, parce que cette deuxième génération n’a été introduite qu’en avril 2009, avec une réelle diffusion dans le réseau à partir de mai. Puis surtout, Scama, l’importateur de Ford a lui aussi «souffert» d’une pénurie sur ce modèle, victime de son succès à l’échelon européen. Car, faut-il le rappeler, cette sixième génération n’a pas tardé à devenir numéro 1 des ventes dans sa catégorie, mais aussi l’automobile la plus vendue en Europe ! Les (heureux) propriétaires de la nouvelle Fiesta se rappelleront probablement qu’ils ont eu à prendre leur mal en patience, durant plusieurs semaines en 2009, en attendant des arrivages réguliers avant d’être finalement livrés. Quant au réelles raisons du succès de ce modèle, il ne faut pas tant d’explications pour tout comprendre. Sans avoir fait l’objet d’un quelconque martelage publicitaire (une simple campagne de lancement a suffi), cette Ford a convaincu par ses qualités intrinsèques. Une ligne extérieure très réussie. Un intérieur ultramoderne d’apparence et sophistiqué pour son conducteur. Les moteurs qu’il faut. Et surtout, des configurations d’équipement bien étudiées. Si bien, que la nouvelle Fiesta apparaît systématiquement comme la meilleure offre de sa catégorie, avec un rapport prix/prestation imbattable et des tarifs démarrant à un peu plus de 140.000 DH. Il n’était donc pas étonnant que la concurrence en fasse un peu les frais.
Enfin, la Fiesta a également parachevé tout le travail d’image entamé par sa grande sœur, la Focus, ramenant à l’importateur de Ford une clientèle jeune, plus branchée et moins modeste ou ordinaire. Pour preuve, les bonnes ventes réalisées par la version la plus chic de la Fiesta habillée de sa belle teinte rosâtre et spécifique, baptisée «Hot Magenta». Pourvu que ça dure.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *