Embrayage : Que reste-t-il à la mécanique dans une voiture ?

Il y a tout juste deux ou trois décennies, la batterie d’une automobile n’est sollicitée que pour quelques fonctions ponctuelles et bien précises: le démarrage, l’éclairage, l’autoradio… Tout le reste était assuré par la mécanique. Aujourd’hui, la batterie est devenue un véritable fournisseur, officiel, universel et continuel, d’électricité pour l’automobile. Plusieurs organes qui ont été historiquement mécaniques pour l’automobile, recourent désormais à un petit courant alternatif, souvent géré par un boîtier électronique. À commencer par la direction qui n’est plus à assistance hydraulique, mais au moins électrohydraulique, si ce n’est carrément électrique. À son tour, l’ABS recourt, lui aussi, à de l’électronique (et donc de l’électricité), soit pour l’amplification de la force de freinage, soit pour la répartition de celle-ci (entre les roues). Encore plus high-tech, mais de plus en plus proposées sur des voitures, les suspensions sont pilotées (par l’électronique) offrant au conducteur des lois d’amortissement variables, selon les types  de conduite ou de revêtement. Puis surtout, les différentes aides à la conduite (ESP, détecteur de sous-gonflage, radar de recul, régulateur de vitesse…) dont la multiplication a fait que l’électricité autant que l’électronique ont bouleversé l’automobile et parfois même l’automobiliste. Du reste, l’électronique est devenue usitée pour les fonctions les plus basiques. Même l’action de démarrage se fait de plus en plus par un bouton poussoir… électrique! Bientôt, il faudra plus d’une seule batterie dans une voiture… C’est déjà le cas pour plusieurs berline, haut de gamme notamment. Sur des routières de Jaguar, Audi, Mercedes ou Lexus l’électronique est reine. Vous voulez régler votre siège : il est électrique. Vous voulez réguler la climatisation, elle se fait via des commandes digitales et des afficheurs électroniques. Vous voulez stationner, votre radar ou caméra vous aident à garer votre auto selon la place disponible. Vous voulez un massage lombaire, vous n’avez qu’à appuyer sur une ou deux touches. Dans la toute nouvelle Mercedes Classe E, le freinage et la ré-accélération peuvent se faire tout en laissant se reposer les deux pieds du conducteur. C’est à croire que demain, nos autos seront comme des voitures téléguidées, mais en grandeur nature.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *