Embrayage : Si l’automobile avait été imaginée par John Lennon

Imaginez qu’à Casablanca, Rabat, Marrakech et presque partout au Maroc –et pourquoi pas dans le monde entier–, circuler en voiture devienne la plus belle chose qui puisse exister sur Terre.
Imaginez que le parc national soit totalement rajeuni et que tous ses véhicules n’aient pas plus de 5 ans d’âge.
Imaginez que toutes ses voitures arborent des couleurs aussi vives que variées et bien loin de l’uniformité grisâtre ou noirâtre qui dominent notre paysage automobile actuel.
Imaginez que toutes les voitures soient à la fois sûres, confortables, bien équipées et assez écologiques.
Imaginez que tous les véhicules importés soient exempts de droits de douane et deviennent ainsi plus accessibles.
Imaginez que toutes les personnes aient accès à une meilleure et propre mobilité.
Imaginez que les prix des carburants repartent à la baisse et que le gazole devienne à la fois totalement désulfuré et plus doux à la pompe.
Imaginez que toutes les routes du pays soient non seulement larges pour absorber le flux de la circulation, mais qu’elles deviennent lisses et uniformes tel un tapis rouge.
Imaginez que toutes les infrastructures soient suffisantes pour absorber le parc et transformer le stationnement en ville d’une corvée cauchemardesque en une simple formalité.
Imaginez que tous les automobilistes aient un comportement civique et responsable sur nos routes.
Imaginez que tous ceux qui prennent le volant comprennent enfin qu’ils ne sont pas les seuls sur la route et arrêtent de conduire au milieu.
Imaginez que tous nos taxis et bus répondent aux normes et standards de qualité et de sécurité et partant, qu’ils n’aient plus de pneus usagés, de moteurs bruyants et polluants ou de suspensions pompeuses parce que fatiguées.
Enfin, imaginez que nos agents de la circulation exercent leur fonction de façon aussi scrupuleuse qu’intransigeante, en appliquant le principe de la «tolérance zéro». Nos routes deviendraient alors si sûres et aussi fluides que le sang qui coule dans les veines d’un corps sain.
On ne peut, après avoir imaginé tout cela, ne pas avoir une petite pensée pour un certain John Lennon qui rêvait, lui aussi et de façon utopique, d’une vie meilleure. Dommage que le monde ne soit pas parfait.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *