Essai-presse international : Renault Laguna III : Née sous le signe de la qualité

Essai-presse international : Renault Laguna III : Née sous
le signe de la qualité

Carlos Ghosn l’avait dit, lors de la présentation du plan «Renault Contrat 2009», il y a bientôt deux ans : «la future Renault Laguna sera classée dans le top 3 de son segment en matière de qualité produit et services». Et quand c’est le grand patron qui le dit, toute l’ingénierie du losange doit alors suivre et s’exécuter afin de développer avec le plus haut niveau d’exigence une berline de qualité. Les responsables marketing de Renault parlent même «d’un objectif de qualité perçue immédiate». Un objetcif atteint, car à notre arrivée à Salzbourg (en Autriche), soit là où l’on doit essayer cette nouvelle Renault, l’impression de qualité extérieure est bien réelle, même si le design global est loin de faire l’unanimité. La face avant arbore un long capot, de grands projecteurs et une large prise d’air au bouclier aux extrémités duquel se greffent deux phases antibrouillard.
On remarque aussi peu de nervures et plus de surfaces lisses, y compris de profil où apparaît une ligne de toit légèrement arquée. La poupe assez haute visuellement se contente de feux longilignes et à diodes électroluminescentes (LED) pour faire joli. C’est d’ailleurs par sa partie arrière que la Laguna III reste le plus «discutable». Mais qu’à cela ne tienne. La priorité pour les concepteurs de cette Laguna troisième du nom, n’a visiblement pas été d’enfanter une séduisante berline qui ferait craquer les jeunes pères de famille par son physique. Non. La Laguna III est une familiale sérieuse, mieux finie et bien plus aboutie que sa devancière à tous les niveaux.
A commencer par celui de l’habitabilité. Plus grande (de 9 cm), plus large (de 3 cm) et un cran plus haute (+ 1 cm) que celle qu’elle remplace, la nouvelle Laguna a réellement progressé en espace intérieur, notamment pour ce qui est de la longueur aux jambes à l’arrière. Le coffre, lui, affiche un volume de 450 litres soit une valeur dans la moyenne supérieure du segment. Mais c’est surtout par sa finition et sa présentation que l’intérieur marque le pas avec l’ancienne Laguna. En effet, outre une planche de bord au dessin épuré et aux commandes ergonomiques, ce sont les matériaux et leurs assemblages qui flatteront les futurs propriétaires. Le volant gainé de cuir, le matériau moussé qui recouvre la partie supérieure du tableau de bord et le confort d’insonorisation sont autant d’éléments qui dégagent un léger parfum de haut de gamme. Autre signe d’une montée en gamme, l’électronique embarquée a été revue, améliorée ou fiabilisée. C’est le cas de la carte d’accès et de démarrage qui devient plus sûre et moins fragile après avoir été soumise aux pires sévices (durant les tests de développement). C’est également le cas du module de climatisation. Outre la présence de diffuseurs à l’arrière, l’air conditionné est régulé via un système inédit offrant trois modes : auto ; fast et soft. Les «allergiques» à la clim’ ne pourront plus se plaindre. Par ailleurs, la sécurité n’a pas été oubliée. Renault précise l’adoption de huit airbags de nouvelle génération (double chambre) et annonce avoir mis l’accent sur la résistance du véhicule en cas de choc latéral. La Laguna III est donc bien partie pour devenir le premier véhicule à décrocher 6 étoiles aux crash-tests Euro NCAP, nouvelle notation annoncée par cet organisme indépendant.
Sous son capot, la Laguna III profite d’une large gamme de moteurs, actuellement constituée de sept blocs. En essence, 1.6 l (110 ch), 2.0 l (140 ch) et 2.0 l Turbo (170 ch), puis en Diesel, les 1.5 l dCi (110 ch) et 2.0 l dCi décliné en trois puissances : 130, 150 et 175 ch. Bien que le gros de la demande au Maroc pourrait se faire sur la version 1.5 dCi, le 2.0 de 175 ch a aussi de fortes chances de faire beaucoup d’adeptes. C’est d’ailleurs ce moteur que l’on a pu conduire sur plus d’une centaine de kilomètres. Et là, surprise. La Laguna III a non seulement fait preuve d’un certain silence de fonctionnement (profitant d’une 6ème vitesse pour abaisser le niveau sonore du régime moteur), mais elle a surtout démontré un très haut niveau de tenue de route. Direction précise, efficacité des suspensions, freinage progressif mais rassurant, châssis incisif et virant presque à plat dans les courbes… rien n’a été laissé au hasard par les ingénieurs du losange ! Mieux encore, cela n’est qu’un avant-goût selon les responsables de Renault, qui annoncent l’arrivée en 2008, de l’«Active Drive», un système inédit de roues directionnelles, qui équipera également le coupé Laguna.
Bref et en toute honnêteté, cette nouvelle Laguna nous est apparue mieux finie et pourvue de qualités dynamiques mieux que n’importe qu’elle autre Renault. C’est ce qui explique que le constructeur au losange lui appliquera une garantie sans précédent dans son histoire : trois ans. Un régime qui sera aussi appliqué au Maroc (3 ans ou 100.000 km), marché sur lequel la Laguna III fera ses débuts commerciaux à partir de mars 2008.

La Laguna en quelques chiffres

– Plus de 2,3 millions d’exemplaires depuis 1994 (Laguna I et II)
– 1 milliard d’euros de développement
– 1.000 ingénieurs pour étudier et réaliser sa conception
– 32 mois de développement
– 6 millions de km parcourus par 120 Laguna, sur 4 continents, dans le cadre de tests de fiabilité et d’endurance.

DNES à Salzbourg

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *