Fiat revient dans le vert au 3e trimestre

Fiat revient dans le vert au 3e trimestre

Fiat a enregistré un bénéfice net de 25 millions d’euros sur la période, contre un bénéfice net de 468 millions un an plus tôt, a-t-il indiqué dans un communiqué. Son bénéfice courant, indicateur clé de la gestion industrielle, s’est élevé à 308 millions d’euros, soit en baisse de 61,5% sur un an mais au-dessus des prévisions des analystes qui tablaient sur 260 millions, selon un consensus communiqué par Fiat. Le chiffre d’affaires du groupe s’est replié de son côté de 15,9% à 12,049 milliards d’euros. Sur les neuf premiers mois de l’année, le groupe affiche une perte nette de 565 millions d’euros tandis que son bénéfice courant a chuté de 78,8% à 570 millions d’euros.
La division automobile du groupe a tiré son épingle du jeu, bénéficiant des primes à la casse adoptées dans de nombreux pays, dont l’Italie. Les livraisons de véhicules de Fiat Group Automobiles (marques Fiat, Lancia, Alfa Romeo) ont progressé de 4,3% sur un an à 538.900 unités au troisième trimestre et le chiffre d’affaires de toute la branche automobile du groupe, ce qui inclut également Ferrari et Maserati, s’est légèrement replié de 3%. Fiat s’attend à «une amélioration» des conditions de marché d’ici à la fin de l’année pour la majeure partie de ses activités mais confirme sa vision déjà exprimée d’une «demande déprimée» pour les modèles de CNH et d’Iveco.
Au chapitre des perspectives financières, le groupe table toujours sur un bénéfice courant supérieur à un milliard d’euros en 2009. Il a en revanche abandonné sa précédente prévision d’un bénéfice net de plus de 100 millions d’euros.
Par ailleurs, la dette industrielle (qui exclut la dette financière) du groupe, donnée très surveillée par le marché, a progressé à 5,8 milliards d’euros contre 5,7 milliards d’euros trois mois plus tôt. Le groupe table toujours sur une dette industrielle de moins de 5 milliards d’euros à la fin de l’année. La liquidité a de son côté fortement progressé à 8,4 milliards d’euros contre 6,4 milliards d’euros trois mois plus tôt grâce aux émissions obligataires réalisées. Fiat a finalisé en juin son alliance avec Chrysler et le directeur général du groupe italien, Sergio Marchionne, a pris le commandement exécutif du constructeur américain. M. Marchionne doit dévoiler le 4 novembre la nouvelle stratégie industrielle et les nouveaux modèles de Chrysler.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *