Flavio Briatore : « la F1 est une question de stratégie »

Flavio Briatore : « la F1 est une question de stratégie »

ALM : Après vos victoires cette saison, pensez-vous qu’un futur titre de champion du monde en Formule 1 pour 2005 soit à portée de main pour Renault ?
Flavio Briatore : Il est vrai que c’est le moment pour toute l’équipe d’y croire à fond et de faire le maximum pour gagner, mais ce n’est pas fini. Nous avons encore beaucoup de choses à faire et à développer. Nous restons conscients que nous avons en face de nous des concurrents encore très forts. Vous savez, la Formule 1 est aussi une question de stratégie. On sait que jusqu’ici, cette saison, nous disposons de la monoplace la plus rapide et la plus aboutie techniquement et aérodynamiquement. Nous avons aussi de bons pilotes. Je pense à Fernando Alonso, mais aussi à Giancarlo Fisichella, qui a aussi remporté un Grand Prix cette saison et qui essaye toujours de se placer sur les deux premières lignes à chaque départ.

Après cette première entrée en scène de la nouvelle Ferrari, la F2005, quelle en est votre première impression ? N’aviez-vous pas peur de cette première course qu’allait courir la F2005?
Peur ? Non ! Cela fait 15 ans que je fais ce métier et je n’ai jamais eu peur et il ne faut pas avoir peur d’ailleurs. Maintenant, après une première course, il est difficile de se prononcer sur la F2005 et sur ses éventuels points faibles. On ne peut que se contenter d’observer Ferrari, ainsi que les autres concurrents que nous respectons tous. Le Team Ferrari reste redoutable et on s’attend à ce qu’il revienne en force.

N’êtes-vous pas dérangé par les dispositions du nouveau règlement ? Et ne pensez-vous pas qu’elles fassent évoluer les choses vers une réduction des coûts pour les écuries ?
Vous savez, ces règles sont les mêmes pour tout le monde. Que ce soit un grand Team ou une petite écurie, le nouveau règlement n’est pas là pour avantager ou léser qui que ce soit. Pour ce qui est de la réduction des coûts, il est vrai que ces nouvelles règles vont dans ce sens. Il faut conserver le même moteur et les mêmes pneus durant deux courses, y compris les qualifications et les séances d’essais prévues et limitées. A l’exception de Ferrari, qui fait des tests privés. D’ailleurs, je ne trouve pas cela très sportif et à la limite même peu compétitif.

Quel est le secret de cette progression spectaculaire entre la R24 et la R25 ? Est-ce dû à une forte pression mise sur l’écurie par la future direction de Renault, qui arrêterait son engagement en F1 si le titre 2005 n’était pas remporté ?
La pression, c’est nous mêmes qui nous nous la mettons. Ce n’est pas que la direction de Renault qui vise le titre. Tout le monde dans le Renault F1 Team veut gagner, tout comme toutes les autres écuries d’ailleurs. Je pense que c’est évident. Nous avons toujours atteint les objectifs assignés par le constructeur. Nous n’avons pas fait des miracles, nous avons seulement bien travaillé. Déjà l’an dernier, on a pu terminer troisième avec la R24 qui avait le moteur le plus lourd de la F1.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *