Hyundai Santa Fe : Deuxième du nom

Ayant annoncé son intention de figurer parmi les cinq premiers constructeurs mondiaux (en terme de volume) à l’horizon 2010, le groupe Hyundai-Kia s’active dans sa stratégie de développement de nouveaux produits. Parmi ses nouveautés, le Santa Fe sera celui qui ouvrira le bal pour Hyundai au tout début 2006.
D’ores et déjà, le premier constructeur sud-coréen a révélé, il y a quelques semaines, les premières photos officielles de cette deuxième génération du Santa Fe. Un modèle dont le remplacement relève de la plus haute importance pour la marque, comme le prouvent deux chiffres relatifs à sa conception : 162 milliards de wons (soit 155 millions de dollars US) en coût de développement, sur une période de 26 mois. Et à juger les premiers clichés, le résultat est plutôt surprenant. Remarquable même !
Le baroudeur sud-coréen opère une rupture de style radicale avec son devancier. Exit les formes rondouillardes, même si celles-ci ont bien contribué au joli succès du (premier) Santa Fe. Le nouveau, lui, perd en fantaisie ce qu’il gagne en sérieux, avec à la clé, une ligne nettement plus raffinée qu’auparavant. Il s’offre un faciès des plus agressifs avec notamment des phares oblongs et étirés en biais sur les côtés.
Le Santa Fe fait comme pointer son nez à travers son imposante calandre qui se prolonge visuellement vers le bas, via une large prise d’air dans le bouclier. Même constat pour la forme profilée du capot, sculpté par ses deux nervures latérales. Le traitement de la partie arrière est tout aussi réussi. On y découvre un hayon vertical intégrant une lunette incurvée et aux contours arrondis, mais surtout des blocs de feux du plus bel effet. Ces derniers, débordant sur les ailes, sont tout aussi admirables vus de profil. Sur ce plan, on remarque aussi un léger épaulement de la ceinture de caisse, qui remonte au niveau de la troisième vitre de custode. Bref, réussie, cette silhouette n’est pas sans rendre ce 4×4 des plus irrésistibles.
Mais surtout, en changeant de peau, le Santa Fe a beaucoup gagné en proportions. Ainsi, la longueur progresse de 15 cm, la largeur de 5,5 cm et la hauteur de 5 cm. Dans l’évolution de ces mensurations, on retiendra surtout un empattement (distance entre les deux roues) porté à 2,70 m, soit un gain de 8 cm. Du coup, ce Coréen haut sur pattes s’annonce non seulement plus habitable que celui qu’il remplace, mais se permet désormais le luxe de pouvoir accueillir jusqu’à 7 personnes, grâce à une troisième rangée de sièges rabattables sous le plancher du coffre. Sauf qu’il est fort probable que cette possibilité ne soit disponible qu’en option. Et en parlant de coffre, le constructeur coréen n’a pas donné de précisions (volume, aménagement…).
En revanche, il (le constructeur) annonce une dotation enrichie avec laquelle le nouveau Santa Fe monte résolument en gamme. Parmi les améliorations, on citera par exemples la disponibilité d’une climatisation automatique et diffusée aux places arrière ou encore, un capteur de pluie. L’aspect sécuritaire n’est pas en reste, avec des appuis-tête actifs pour les sièges avant, ainsi que six airbags, dont deux rideaux qui se déploient le long du vitrage latéral.
Techniquement toujours, cette nouvelle mouture du Santa Fe repose sur un châssis profondément remanié et plus précisément pour ce qui est des suspensions. Par leur architecture, celles-ci devraient offrir un meilleur comportement dynamique, mais aussi réduire le bruit et les vibrations dans l’habitacle.
Au chapitre mécanique, le Santa Fe héritera de motorisations qui officient déjà pour le compte d’autres modèles du groupe (Hyundai-Kia), mais enregistre l’arrivée d’un tout nouveau bloc 2.2 litres CRDi à rampe commune, doté d’un turbo à géométrie variable et développant 150 ch pour un couple de 335 Nm. Côté transmission, outre une boîte manuelle à cinq rapports inédite, une version automatique sera également proposée.
Transmission toujours, bien que le Santa Fe existe en deux versions : simple traction (roues avant motrices) ou transmission intégrale (4×4), seule cette dernière sera retenue par Global Engines, l’importateur de Hyundai au Maroc. Cette version 4×4 intègre un système de blocage de différentiel et permet au conducteur de sélectionner, via la commande 4WD (Four Wheel Drive), une répartition optimale du couple en continu (50/50) entre les deux essieux.
Tout cela nous amène à penser que ce modèle, dont le prédécesseur avait permis à Hyundai de bien pénétrer le segment des 4×4 de loisir, signera, dans sa nouvelle configuration un retour en force dans une catégorie dominée par les constructeurs japonais. Le Santa Fe, deuxième du nom, viendra ainsi se frotter au nouveau Toyota Rav4, au Nissan X-Trail, ainsi qu’au Suzuki Grand Vitara. Mais sur son chemin, il trouvera d’abord son cousin (ennemi), le Kia Sorento. Commercialisé en Europe dès mars 2006, le nouveau Santa Fe le sera quelques mois plus tard au Maroc. Mais à n’en pas douter, il sera indéniablement l’une des grandes nouveautés de l’Auto-Expo de Casablanca, en mai prochain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *