Jaguar F-Type Coupé R : Le fauve se lâche !

Jaguar F-Type Coupé R : Le fauve se lâche !

Ça y est ! Jaguar a affublé la F-Type du fameux sigle «R», créant ainsi une déclinaison ultra-sportive de son modèle fétiche. Un coupé qui envoie du «lourd» (car sous son capot dort un V8 de 550 chevaux!), mais qui arrive aussi avec de grandes prétentions : celles de positionner Jaguar sur le segment des grandes sportives.

Jaguar avait déjà sorti en 2013 sa F-Type en cabriolet uniquement. Début 2014, c’était au tour du coupé de débarquer, en reprenant la silhouette très aboutie du cabriolet. La R collectionne les superlatifs, puisqu’elle est à la fois plus légère, plus puissante, plus rapide, plus rigide et moins chère que son homologue décapotable.

Fini l’austérité britannique, soyons rock’n roll !

Les acheteurs seront séduits par les atours du coupé. Il faut dire que c’est un coup de crayon bien adroit qui a permis d’imaginer les lignes de la belle qui entame le capital résistance à tous ceux qui lui jettent un regard. C’est le très rock n’Roll designer Wayne Burgess, qui a esquissé les formes de ce nouveau coupé. La silhouette peut rappeler quelques traits de la E complètement revisités, à l’instar de la greffe du toit en «queue de canard».

Bien que ce soit une stricte deux places, la R gagne quelques centimètres par rapport à la F, moins longue de 10 cm. Le panneau latéral est formé d’une seule pièce allant du pilier de pare-brise jusqu’à l’arrière. La construction est en aluminium, sans soudure, avec assemblage par rivetage et collage Le coffre reste convenable (315 l). Le toit peut être vitré par un rideau coulissant.

La «R» est chaussée de jantes 20 pouces avec des Pirelli P Zéro ultra performants. A l’intérieur, la firme de Coventry fait dans le cossu. Elle équipe sa féline de palettes au volant à huit rapports. Un programme Éco déclenche un Stop & Start à chaque arrêt. Un programme Dynamic permet d’agir sur la direction, l’accélérateur, la loi de passage des vitesses et l’amortissement et un Dynamic Race où tous les paramètres sont personnalisables par l’écran tactile au tableau de bord. Le démarrage se fait sans clé par bouton poussoir.

Un équipement destiné à garder la ligne droite…

Côté mécanique, Jaguar a reconduit les mêmes suspensions de la E, mais les rendant un tantinet plus rigides sur la R. Et pour endiguer la puissance du moteur, un amortissement actif adaptatif a été greffé à la suspension sport. Ce différentiel actif électronique a été, pour la première fois, installé sur une Jaguar. Le répartiteur de couple au freinage permet également de ce sentir plus rassuré face à la déferlante d’un V8 survitaminé. Appelé «Torque Vectoring», il freine la roue intérieure au virage tout en accélérant celle qui est à l’extérieur. Cette régulation du comportement grâce aux freins est conçue comme un garde-fou permettant de mater le fauve qui habite la «R», surtout dans les courbes.

Jaguar reprend également la même boîte ZF à 8 rapports étagés de façon identique (seul le couple final change sur la R), avec le moteur V8 5.0 l. Le compresseur de type Roots avec ses deux échangeurs permet un surcroît de puissance (partant de 495 ch pour arriver aux 550 ch!). Le couple est aussi très conséquent puisqu’il délivre 680 Nm (au lieu de 625) constants de 2.500 à 5.500 tr/min. Un vrai foudre de guerre en somme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *