Kia Mohave : Le maître du temple

Kia Mohave : Le maître du temple

Dubaï, ses immenses tours, ses nombreux malls duty-free, et son large réseau autoroutier comptant jusqu’à 5 voies… C’est dans ces contrées, qui incarnent le gigantisme à l’orientale et où tout le monde voit grand, que Kia Motors a convié la presse mondiale pour lui faire essayer son dernier-né, le Mohave (prononcez «Mo’aavé»). Ce dernier, exposé au dernier Salon Auto-Expo en avant-première régionale ne remplace pas le Sorento, mais vient plutôt élargir l’offre 4×4 de Kia Motors et même coiffer l’ensemble de sa gamme. Et parce que ce constructeur ne fait jamais les choses à moitié, tout a été étudié par l’ingénierie coréenne afin de faire du Mohave, un vrai 4×4, puissant, luxueux et imposant.
Esthétiquement tout d’abord, ce tout-terrain joue la carte de la sobriété stylistique. Une façon efficace pour plaire à la clientèle haut de gamme, réputée pour ses goûts assez conservateurs en matière de design automobile. Le Mohave n’est pas pour autant fade, arborant une face avant au traitement rectiligne, flanquée de deux phares profilés et d’une calandre généreusement chromée. Son profil affiche des surfaces fluides et des passages de roues très prononcés, tandis que sa partie arrière se veut un peu plus originale, avec des blocs de feux en harmonie avec les contours du hayon. Leurs diodes électroluminescentes (LED) offrent une jolie signature lumineuse, une fois la nuit tombée.
D’une longueur de 4,88 mètres, sur une largeur de 1,91 m, pour une hauteur supérieure à 1,80 m, ce 4×4 a largement d’espace intérieur pour embarquer 7 places, tout en offrant un coffre cubant de 350 à 1.675 litres. A son bord, le Mohave montre une fois de plus de quoi Kia Motors est capable. Jugez-en : système d’accès sans clé (Keyless Entry) et démarrage par bouton poussoir, console centre avec écran tactile pour le GPS, caméra de recul avec image sur le rétroviseur intérieur (électrochrome), système audio de grande qualité (Infinity) avec HP JBL d’une puissance de 600 watts, sièges (chauffants) et volants à réglages électriques avec mémoire… etc. Des sièges en cuir perforé et sur lesquels nous avons d’ailleurs apprécié prendre place et s’isoler derrière les vitres teintées et avec la clim’ automatique en marche, tout en conduisant dans les grandes artères chaudes de la capitale économique émiratie.  Mais aux Emirats Arabes, tout n’est pas rose. Ce pays ne doit pas être considéré uniquement comme la destination –actuellement– préférée de la jet-set mondiale, où les buildings fleurissent comme des champignons et où les Rolls, Ferrari et autres Lamborghini sont tout sauf rares. Non. Cet Etat du Golfe est aussi connu pour ses conditions difficiles de roulage et assez contraignantes pour les véhicules qui les empruntent. Outre la température qui, la semaine dernière fut «clémente» à 40 °C, il y a aussi de fréquentes tempêtes de sable qui viennent en quelques heures joncher l’asphalte, ici et là. On comprend alors pourquoi le constructeur coréen a choisi ce territoire  pour les essais-presse de son nouveau 4×4.
Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le Mohave s’en est bien sorti, faisant preuve d’une motricité à toute épreuve et d’une aisance étonnante sur les pistes.
Il faut dire aussi que ce véhicule est bien armé pour évoluer en milieu off-road. Structure échelle (ou châssis cadre), garde au sol de 21,7 cm, suspensions indépendantes aux 4 roues, transmission intégrale permanente avec blocage de différentiel et gamme courte… le Mohave ne se refuse rien. Idem pour les nouvelles aides électroniques, puisqu’il dispose du contrôle de freinage en descente (DBC), de l’assistance au démarrage en pente (HAC) et même d’un module pneumatique pour ajuster la hauteur du train arrière.
Grâce à ces artifices, le Mohave est ainsi loin d’être le «champion de l’ensablement», mais plutôt un maître de la polyvalence. Techniquement toujours, le Mohave ne jure que par de nobles mécaniques. Ainsi en attendant l’arrivée du nouveau 3.0 litres V6 CRDi, la gamme disponible s’articule autour de deux moteurs essence, associés à une nouvelle boîte automatique à 6 rapports et mode séquentiel. Il s’agit du 3.8 l V6 de 274 chevaux (pour 362 Nm) et du tout nouveau V8 –le premier dans l’histoire de Kia– qui développe la puissance honorable de 340 ch pour un couple de 438 Nm. Bref, que du beau linge !
Reste enfin à signaler que le Mohave sera lancé au Maroc au courant du quatrième trimestre 2008 à un prix non encore défini. Ceci étant, il est fort à parier que ce modèle disposera d’une grille tarifaire assez compétitive. A cela, il y a également la force de frappe commerciale de Kia Motors Maroc, qui est à l’image même de la montée en puissance et à l’échelon mondial du constructeur qu’il représente : fulgurante.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *