L’indépendance de BMW : Gage de son succès mondial

L’indépendance de BMW : Gage de son succès mondial

BMW s’attend à réaliser cette année des ventes et des bénéfices record et ce succès est à attribuer à son indépendance, qui lui a permis de devenir le premier constructeur automobile haut de gamme du monde et le plus rentable, a expliqué son président du directoire, Helmut Panke, la semaine dernière à des journalistes.
«Beaucoup de gens nous demandent quelle est la clé du succès. BMW trace lui-même sa route», a-t-il déclaré. «Nous sommes (aussi) rentables parce que nous sommes indépendants».
M. Panke a mis en garde contre des alliances telles que celle évoquée depuis quelques jours entre General Motors, Renault et Nissan, en expliquant que de tels rapprochements peuvent ne présenter des avantages qu’à court terme. «La spécificité de la marque se perd au fur et à mesure du processus d’intégration», a-t-il ajouté. Après avoir connu la pire crise de son histoire suite au rachat du britannique Rover, qu’il a fini par revendre, BMW s’est concentré ces dernières années sur le haut de gamme sous les marques BMW, Mini et Rolls-Royce. Plutôt qu’à des alliances, Panke s’est dit favorable à des partenariats ponctuels dans le développement et la production, à condition que le partenaire retenu ne menace pas la flexibilité et la liberté du groupe.
BMW sous-traite la production de son 4×4 X3 au groupe autrichien Magma Steyr, coopère avec PSA Peugeot-Citroën dans la construction de moteurs pour petits modèles, qui équipent ses Mini, et a conclu un accord avec GM et DaimlerChrysler pour le développement de transmissions hybrides de nouvelle génération.
Helmut Panke a parallèlement confirmé l’objectif des bénéfices de 2006 de BMW en dépit de la dépréciation récente du dollar. «Le dollar peut faire ce qu’il veut, cela n’affectera pas nos bénéfices cette année», a-t-il dit aux journalistes. «Nous sommes bien partis pour réaliser quatre milliards d’euros de bénéfices imposables cette année», a-t-il précisé. Les Etats-Unis sont le premier marché de BMW, qui y réalise un quart environ de ses ventes totales.
A la Bourse de Francfort, l’action BMW gagnait 0,05% à 39,11 euros (en fin de matinée au lendemain de cette sortie médiatique), alors que l’indice DJ Stoxx européen du secteur automobile perdait 1%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *