Loïc Morin : “DAF nous sera complémentaire”

ALM : Quel bilan commercial peut-on dresser -ne serait ce que succinctement- des trois marques de CFAO Motors Maroc, à la fin du premier semestre 2005 ?
Loïc Morin : A la lecture des dernières statistiques de ventes du marché automobile marocain on peut faire plusieurs déductions. D’abord que le segment des voitures particulières est en bonne progression, à environ + 28%. Ensuite, qu’à fin août, les ventes de la marque Opel au Maroc sont en hausse de 24% par rapport à la même période en 2005, tandis que celles de Chevrolet sont en forte hausse à plus de 80 %.
Nous sommes donc en forte progression. On remarque aussi une forte hausse des ventes chez les marques coréennes Hyundai et Kia, ainsi que celles de la Volkswagen Gol, qui est importée du Brésil. C’est un état de fait et ces labels se vendent bien grâce à des produits vendus à plus ou moins 100.000 DH.
Maintenant, la bonne nouvelle, c’est de dire que ni Opel ni Chevrolet ne disposent d’un modèle à moins de 100.000 DH, mais enregistrent pourtant des variations positives sur les 8 premiers mois de l’année. Cela nous encourage à espérer de faire encore mieux dans les mois à venir, d’autant plus deux points vont incontestablement nous permettre de faire évoluer les ventes vers le début 2006. Chez Opel, l’arrivée de nouvelles motorisations dont un Diesel 1.3 l pour la Corsa. Alors que du côté de Chevrolet, nous allons proposer la Spark, qui sera un petit modèle très compétitif sur le marché des voitures à moins de 100.000 DH.

CFAO Motors Maroc a repris récemment la carte DAF au Maroc. Quelles sont les priorités pour lui offrir un second souffle ?
Tout d’abord, j’aimerais apporter une précision : l’image de marque de DAF est excellente au Maroc. Le produit est extraordinaire et à aucun moment je n’ai entendu quelqu’un dire «les produits d’Isuzu ne sont pas bons ou pas fiables, etc…». Autre précision, toujours en termes de produits, nous avons une petite avance technologique, en ce sens que nous livrons que des produits répondant aux normes (de pollution) Euro III, ce qui n’est pas toujours le cas pour nos concurrents.
Aujourd’hui, Isuzu peut correspondre à trois produits. D’un côté, nous avons des camions pour faire du transport dans le réseau national, puis des poids lourds qui peuvent évoluer dans l’international à travers l’Espagne et les autres pays européens. Et d’un autre côté, nous avons les autocars. Maintenant pour répondre à votre question, je vous dirais que nous allons mener une politique plus agressive et plus variée en termes de produits. Pour ce qui est des camions, nous allons recevoir de nouveaux modèles.
Quant aux autocars, nous pensons très prochainement importer des bus fabriqués par un constructeur chinois sous-licence DAF. Notre objectif est donc d’étoffer la gamme actuelle, mais aussi de rassurer les clients de la marque. Et cela passe aussi par le renforcement du réseau de DAF, qui constituait déjà l’une de ses forces. Il faudrait que nos clients puissent trouver le maximum de points de services après-vente dans l’axe Tanger-Agadir, pour effectuer tous types d’entretien. Cela d’autant plus que l’autoroute pour Agadir est prévue pour 2009.

CFAO Motors Maroc compte déjà Isuzu dans son portefeuille de marques. Avec l’arrivée de DAF, ne craignez-vous pas qu’il y ait une cannibalisation entre ces deux labels ?
Je ne crois pas qu’il puisse y avoir une cannibalisation entre les deux marques. Car globalement, les camions d’Isuzu s’arrêtent au 19 tonnes, soit là où commence l’offre de base de DAF. Puis surtout, il y a l’image que se sont forgées respectivement les deux marques. Celle d’Isuzu correspond le plus souvent dans l’esprit de la clientèle à des camions, alors que  DAF a une étiquette installée en tant que spécialiste du poids-lourds.
Ceci étant, le seul créneau sur lequel il pouvait y avoir «une cannibalisation» était celui du 19 tonnes. Et là, nous avons tranché et la décision qui a été retenue est de proposer du 19 tonnes qu’en Isuzu. Le temps nous dira si nous avons bien fait ou pas. En fait, DAF nous sera complémentaire, puisqu’elle se veut, en quelque sorte, une progression dans la gamme d’Isuzu.

Quelles sont les prochaines étapes du déploiement de CFAO Motors au Maroc ?
Elles sont de deux ordres. D’un côté, le développement interne, à savoir réussir la reprise de DAF, et poursuivre le déploiement des autres marques Chevrolet, Opel et Isuzu. Puis de l’autre côté, le développement de la croissance externe. C’est-à-dire être attentif et ouvert aux éventuelles capacités que l’on pourrait avoir dans le marché automobile. Et là encore, elles sont de deux ordres: l’introduction de nouvelles marques du groupe General Motors, comme Hummer, Cadillac, Subaru et Saab.
Ou alors l’acquisition de marques déjà exploitées au Maroc. Dans la première orientation, il faut juste s’assurer que le marché marocain ait assez de potentiel, tandis que dans la deuxième optique, il faudrait que les marques reprises ne portent pas préjudice à celles que nous avons déjà au sein de CFAO Motors.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *