Mercedes 190 : Increvable ?

Mercedes 190 : Increvable ?

Lorsqu’elle fut dévoilé en Janvier 1983, la Mercedes 190 n’allait pas passer inaperçue, mais en revanche susciter bien des remous. Moins imposante que ses grandes soeurs de l’époque, la «petite Merco» ne manquait pas pour autant de caractère. Pourtant, son design n’avait rien de fantaisiste, frisant même une certaine sobriété à la limite d’un classicisme fade. En dépit de son positionnement d’entrée de gamme, la 190 était promise à un avenir radieux. En bonne et véritable Mercedes, de l’époque, elle était nantie de toutes les qualités de finition, ainsi que de la classe que l’on est en droit de réclamer au constructeur de Stuttgart. Économique, elle fera office de celle qui, après la classe S, symbolisera la sécurité, notamment avec l’adoption de l’ABS à titre d’exemple. Le ton était donné, l’accueil positif et le caractère assez «branché» qu’elle concédait allait en faire une véritable réussite. Pis, elle sera l’un des grands succès commerciaux de la marque à l’étoile. Sa cible : une clientèle plus jeune. Cela ne l’empêchera pas pour autant les moins jeunes de tomber sous son charme.
En effet, la 190 finira par élargir le cercle de ses adeptes et particulièrement, la gent féminine, qui la considéra comme l’auto rêvée. Il faut dire aussi que la 190 leur allait plutôt bien. Elle était à la limite des «petites voitures» que ces dames adoraient «manoeuvrer».
Ces dames, ont même beaucoup contribué à son succès.
A son lancement, la 190 était disponible avec des motorisations diesel et essence de 2 litres. Par la suite, en 1985, elle gagnera des galons, s’enrichissant du 5 cylindres diesel de 2,5 litres et du 6 cylindres 2,6 litres essence. Viendra ensuite la 190 E 2,3 l (16 soupapes), une version sportive conçue en étroite collaboration avec l’écurie sportive Cosworth. C’est dire combien Mercedes tenait à vouloir concurrencer la M3 de BMW. Mais c’est surtout la 190 2,5 D (turbo diesel) qui reste la plus célèbre. Elle fera saliver d’envie toute une génération. Normal, car avec une telle mécanique, elle se présentait, à l’époque, comme l’une des berlines familiales les plus performantes en diesel. Mais dès le début des années 90, la 190 doit tirer sa révérence, laissant place à sa remplaçante, la première génération Classe C. Mais celle-ci, comme celle qui suivra, n’égalera pas le succès de la 190. il n’y a qu’à voir le paysage automobile marocain pour s’en convaincre. Bref, la 190 fait partie de ces voitures solides et fiables, comme Mercedes n’en fabrique plus aujourd’hui.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *