Nouveauté nationale : Range Rover TDV8 : Un nouveau coeur pour le roi des baroudeurs

Nouveauté nationale : Range Rover TDV8 : Un nouveau coeur pour le roi des baroudeurs

S’il y a bien un modèle qui peut, légitimement et sans concession, revendiquer toutes les qualités d’un 4×4 franchisseur, combinées à un confort royal égal ou supérieur à celui d’une luxueuse berline allemande, alors il n’y en a qu’un seul et unique : le Range Rover. Du haut de ses 40 ans de carrière, le pionnier des tout-terrain de luxe fait toujours figure de référence dans son segment. Un roi envié, copié, mais jamais détrôné, ni même égalé. Et justement, parce que la concurrence se fait de plus en plus vive et que les coups viennent de partout, sous tous les angles (gigantisme, sportivité, sophistication, franchissement…), Land Rover continue à améliorer son vaisseau amiral. Dernière évolution majeure de ce paquebot : son V8 diesel s’est arrogé une horde de chevaux supplémentaires, ainsi que quelques raffinements comme on le détaillera plus loin. Auparavant et au passage, on rappellera la légère opération cosmétique réalisée l’an dernier et au terme de laquelle le Range Rover a vu sa carrosserie un tantinet modernisée. Au niveau du regard, il ne faut pas être très observateur pour remarquer et admirer les nouveaux projecteurs à diodes, ainsi que les lignes redessinées du bouclier avant, dont une large bande en acier satiné. Mais tout cela, c’était l’an dernier. Pour autant, il y a bien quelque chose de nouveau pour ce millésime 2011 du Range Rover : le Pack Design. Derrière cet acronyme commercialo-marketing très réducteur, se profile un ensemble d’artifices extérieurs dont des pare-chocs uniques et spécifiques, des sorties d’échappement en acier inoxydable, ainsi que de magnifiques jantes alliage de 20 pouces en chrome mat. Le constructeur parle d’«une sobriété luxueuse à souhait». Comme si le (grand) Range manquait de charisme… Parallèlement à tout cela, la silhouette du Range a également fait l’objet d’une aérodynamique retravaillée et peaufinée. On ne saurait le contester. Cela, même si avec un Cx (coefficient de pénétration dans l’air) de 0,38, le Range Rover n’est pas le plus fluide de son segment. Plus que le rendement aérodynamique, c’est par les améliorations opérées sur le plan mécanique que le Range Rover TDV8 parvient à diminuer ses seuils de consommation et de pollution. Principal changement, ce même V8 diesel, n’est justement plus le même que celui qui officiait, il y a encore quelques mois. Plus techniquement, sa course et son réalésage ont été allongés. Résultat : il s’anoblit doublement, puisque sa cylindrée passe de 3,6 à 4,4 litres, tandis qu’il atteint la puissance honorable de 313 chevaux (contre 272 ch auparavant) et 700 Nm de couple. Parmi ses nouveaux raffinements : l’adoption d’un turbo séquentiel parallèle et des mesures du programme e-Terrain (optimisation du calibrage du moteur, régime plus bas à l’arrêt, gestion intelligente de la puissance…). Mais surtout, ce nouveau V8 est désormais accouplé de série à une boîte automatique inédite à 8 vitesses. Une transmission qui est aussi moderne d’apparence, puisque, outre ses palettes au volant, elle reprend le système «Drive Select», soit cette fameuse molette rotative qui faisait, entre autres aspects, l’exclusivité des Jaguar XJ et XF. Le Range hausse donc le ton sur ses concurrents, mais pas sur ses occupants. Car, avec l’ajout de toutes ces technologies, il parvient à contenir, à la fois, son niveau sonore, ses rejets de CO2, ainsi que ses seuils de consommation. Cette dernière a, selon la marque à l’Ovale Verte, baissé de 15% par rapport à l’ancienne motorisation, faisant qu’en cycle mixte, le Range TDV8 avale, désormais, moins de 10 L/100 km. Mais lorsqu’on aborde un tel véhicule, la notion d’économie devient plutôt relative. Il suffit de monter à bord pour le constater. Outre des placages en bois précieux, le cuir s’étend à profusion, jusqu’à recouvrir la planche de bord. Les sièges à réglages électriques à l’avant peuvent tout comme ceux des places arrière offrir le confort d’une ventilation d’air chaud ou frais. C’est dire combien ce véhicule, qui est toujours le seul tout-terrain au service de la Couronne d’Angleterre, reçoit fastueusement tous ses occupants. Synergie oblige, le poste de conduite reçoit des éléments provenant directement de chez Jaguar. C’est le cas, comme on l’a vu du sélecteur de vitesse rotatif, mais aussi de l’écran TFT de la console centrale. Un afficheur tactile et dit «Dual View», dans le sens où il permet au conducteur et au passager de visionner des informations simultanément différentes (exemple : la navigation vue de droite et un film DVD vu par le passager). Bref, une pléthore d’équipements haut de gamme et high-tech à laquelle s’ajoutent de nombreuses et coûteuses options, qui peuvent vite saler la facture et allonger le délai de livraison. En revanche, ceux qui apprécieront la principale configuration d’équipement retenue par l’importateur pour ce nouveau Range Rover TDV8, seront contents de le trouver déjà disponible dans le réseau de la Smeia et au prix de 1.072.000 DH (TTC).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *