Rêves d’Amérique

Rêves d’Amérique

Comme tous les ans, en janvier, Detroit abrite le NAIAS (North American International Auto Show), le Salon automobile majeur des Etats-Unis. Normal, la capitale de l’Etat du Michigan est aussi celle de l’automobile, puisque la quasi-totalité des constructeurs y ont installé leur représentation en Amérique du Nord. Et cette année, alors que le monde vit encore les tristes évènements qui ont frappé plusieurs pays du Sud-Est asiatique, le Salon de Detroit ouvre ses portes sur fond d’une autre morosité : le bilan d’une année 2004 décevante sur le plan commercial pour ceux qu’on appelle là-bas les «Big Three» (les trois grands), à savoir : General Motors (GM), Ford et DaimlerChrysler.
En effet, les trois grands groupes américains ont eu du mal à faire mieux qu’en 2003, enregistrant un léger recul en parts de marché sur leur propre terrain. Ainsi, à l’exception de DaimlerChrysler, qui a pu tirer son épingle du jeu avec une progression de 3 % de ses ventes, celles de GM ont plutôt baissé (-1%), alors que celles du groupe Ford ont accusé une baisse de -4,4 %. Et pour cause, sur le plus gros marché mondial (ses ventes frôlent toujours les 17 millions de véhicules par an), les Américains ont tendance à préférer les modèles proposés par les constructeurs asiatiques. Et ce sont ces derniers, qui ont mieux profité de l’engouement des acheteurs en 2004, qui reviennent en force dans cette édition 2005 du NAIAS.
Du 9 au 23 de ce mois, cette grand-messe de l’automobile permettra à une soixantaine de constructeurs exposants d’exhiber leurs modèles, parmi lesquels seront dévoilées quelque 65 nouveautés (véhicules de série et concept-cars). Le principal objectif des constructeurs américains sera donc de reconquérir le coeur de la clientèle locale, au-delà de la faire rêver. D’où le déploiement d’un panel assez varié, des grosses berlines aux surpuissants pick-up, en passant par de séduisants coupés sportifs.
C’est dans ce dernier registre que se situe la Ford Shelby GR-1, dont le long capot abrite une mécanique forte de 600 chevaux. Ce sera l’une des 19 nouveautés présentées par la marque à l’ovale bleue, dont on peut citer la variante cabriolet du coupé Mustang, ou encore une grande berline baptisée Fusion.
Pour sa part, Chrysler, dont la berline 300 a été élue «Voiture de l’Année aux USA», fera plus dans le raffinement que dans la sportivité avec le concept «Firepower». Il s’agit d’un prototype de coupé haut de gamme, animé d’un moteur de 405 ch et faisant la part belle aux surfaces fluides et aux lignes tranchantes. Sur l’un des nombreux stands du groupe GM, on pourra notamment découvrir les secrets de la Cadillac STS-V, dont le coeur, bat lui aussi à plus de 400 chevaux… Mais ce sera surtout du côté des véhicules hybrides (à deux moteurs électricité et carburant), jusqu’ici une spécialité nippone, où les constructeurs américains innovent. C’est ainsi que GMC a présenté deux concepts inédits : le Sequel et le Graphyte. Ce dernier combine un moteur électrique avec un V8 essence de 300 chevaux, bénéficiant d’un système de désactivation de quatre de ses cylindres, lorsque toute la puissance n’est pas nécessaire.
C’est aussi dans cette voie très en vogue des véhicules à propulsion hybrides, que s’est distingué Ford avec la version «Hybrid» de son 4×4 Escape. Au-delà d’avoir récolté des distinctions, ces modèles ont surtout une mission assignée par leurs constructeurs : observer la réaction du public, afin de conforter ou non les choix des ingénieurs.
Face aux trois grands de l’industrie automobile en Amérique, les trois grands du Japon seront présents en force à Detroit, confortés par leurs bons résultats commerciaux. Car, il faut savoir que Toyota, Honda et Nissan ont déjà raflé plus de 26% du marché US en 2004, alors que GM, Ford et DaimlerChrysler, eux, ont reculé à 58,7%, soit l’un de leur plus bas niveau au cours de cette décennie.
Et au Salon de Detroit, Toyota a dévoilé le concept LF-A, dernière création de sa division de luxe, Lexus. Un séduisant prototype qui préfigure le design des futurs modèles de la marque n°1 du luxe au Etats-Unis (Lexus). Pour sa part, Honda ne cache plus ses revendications dans le marché très juteux des 4×4 haut de gamme. Sa division de luxe, Acura, a en effet révélé en avant-première le RD-X, un concept-car qui reprend quelques détails esthétiques de la nouvelle Honda Legend et fera la base du futur gros 4×4 de Honda. Sur le stand Nissan, la nouveauté s’appelle Azeal, un petit coupé au look futuriste, avec lequel l’allié japonais de Renault compte séduire les jeunes acheteurs.
Ceci dit, les marques nipponnes ne se contenteront pas de maintenir leur image de marque flattée par la réputation de qualité acquise par leurs produits, elles marcheront désormais sur les plates-bandes des labels américains. C’est le cas de Honda qui présente à Detroit son premier pick-up, le Ridgeline ou encore de Mazda, qui dévoile le MX Crossport, une sorte de break sportif aux allures du 4×4, ou «Crossover» comme on les appelle aux Etats-Unis.
Mais qui dit constructeurs asiatiques dit aussi marques coréennes comme Kia, qui promet de faire sensation avec le KDC-II, un gros 4×4 aux atours futuristes et plaçant très haute la barre en matière d’équipement.
Enfin, la présence des constructeurs européens à Detroit est plutôt timide. Hormis Jaguar qui vient de réaliser un coupé à structure allégée, on retiendra la présentation très attendu des nouvelles Passat et Jetta (alias Bora) de Volkswagen au public américain.
Normal, ce dernier, au même titre que BMW d’ailleurs, détient 2 % du marché US, d’où son intérêt pour cette exhibition. Quoi qu’il en soit, les constructeurs américains n’auront qu’à bien se tenir, même s’ils tiennent le Salon chez eux…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *