Tata invente la voiture la moins chère au monde

Tata invente la voiture la moins chère au monde

Pas de clim, pas de fenêtres électriques et une motorisation minimale: le constructeur automobile Tata Motors, filiale du conglomérat indien Tata a dévoilé jeudi dernier sa «Nano», une voiture réduite à sa plus simple expression mais à un prix défiant à ce jour toute concurrence. Baptisée «voiture du peuple», la «Nano», qui sera commercialisée courant 2008 au prix de 100.000 roupies (2.500 dollars), est tirée par un minuscule moteur de 624 cm3, soit la cylindrée d’une moto. Elle n’a ni climatisation, ni fenêtres électriques, ni direction assistée dans sa version de base.
Lors de l’inauguration, le patron du colosse indien, Ratan Tata, 70 ans, a voulu voir dans ce lancement un événement dans l’histoire des transports au même titre que le premier vol vers la lune ou les exploits des frères Wright dans l’aviation. La petite quatre places, qui rappelle par beaucoup d’aspects la Smart, a d’ailleurs été dévoilée au son de la musique (Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss) du générique du célèbre «2001: Odyssée de l’Espace» de Stanley Kubrick . Réfutant l’idée que ce nouveau produit puisse augmenter la pollution et aggraver les embouteillages dans les mégapoles indiennes, Ratan Tata a indiqué qu’il avait souhaité mettre au point un produit «sûr» et accessible à tous».
«Laissez-moi vous assurer, vous mais aussi nos détracteurs, que la voiture que nous avons mise au point répondra à toutes les normes de sécurité…et aura un plus faible niveau de pollution que les deux roues qui sortent actuellement des usines indiennes», a ajouté le patron du colosse industriel de 96 filiales, qui vont du thé à la fabrication de camions en passant par la sidérurgie, la chimie, les télécommunications, l’informatique ou les services financiers. Cette liste devrait bientôt s’enrichir des marques Jaguar et Land Rover, Tata ayant été désigné début janvier par le constructeur américain Ford comme acheteur préféré de ses marques anglaises de luxe. Tata espère écouler un million de modèles de sa voiture bon marché par an, non seulement en Inde mais aussi sur les autres marchés émergents. La présentation de la «Nano» s’inscrit dans un contexte de compétition internationale croissante dans la gamme des véhicules très bon marché.
Le français Renault et le japonais Nissan se penchent sur une automobile à un prix imbattable, conçue et fabriquée au royaume des délocalisations et du travail à coûts réduits.  Sur ce marché, l’indien Xenitis, allié au chinois Guangzhou Motors, doit commercialiser fin 2008 sa «voiture populaire» autour de 2.500 dollars. Le roi de la mini-berline, l’indo-japonais Maruti-Suzuki, inonde depuis 25 ans le marché indien avec la Maruti 800, à peine plus grande qu’une Fiat 500, mais vendue 4.800 dollars. Pour l’instant, il n’y a que sept millions de voitures pour 1,1 milliard d’habitants sur les routes de l’Inde (contre une pour deux habitants en Europe ou aux Etats-Unis). Les Indiens ont acheté 1,1 million d’automobiles en 2005 et le chiffre devrait doubler d’ici à 2010 à mesure que la classe moyenne indienne progresse.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *