Un bilan positif pour Master Auto

Un bilan positif pour Master Auto

ALM : À quelques jours de la fin de l’année, et quasiment deux ans après votre démarrage, quel bilan commercial faites-vous de l’année 2004 ?
Alil Alaoui : 2004 aura été pour nous une bonne année en terme de vente, où nous avons pu affiner et consolider notre concept. Globalement, nos services et notre approche du véhicule d’occasion sont très appréciés par la clientèle qui retrouve chez nous transparence, sincérité, et conseils appropriés, autant d’éléments qui sont à notre avis les fondements d’une relation de confiance avec le client, surtout dans notre métier. Par ailleurs, nous avons noués ou consolidés de nombreux partenariat pour le rachat de parcs VO (voitures d’occasion) avec des concessionnaires automobile, des loueurs, ainsi qu’avec des centres d’expertise technique. Notre palette de service comprend aujourd’hui le dépôt-vente, l’achat, l’expertise technique (213 points de contrôle), la vente avec garantie, la vente à crédit, l’import de véhicule sur commande, l’assurance auto, etc… En 2004 nous avons également organisé à Casablanca, au mois de juin, Occasio, le premier Salon professionnel du véhicule d’occasion, qui a accueilli plus de 10.000 visiteurs. Ce succès et les nombreux encouragements que nous avons eus viennent nous conforter dans notre approche.
Justement, après le succès de Occasio 1, qu’en est-il de la pérennité de cette manifestation ?
Nous envisageons d’organiser cet évènement chaque année. En 2005 donc, incha allah, nous le rééditerons, avec une offre encore plus étoffée, ainsi que d’autres nouvelles surprises…
À votre arrivée sur le marché de l’occasion, comment ont réagit les autres opérateurs du secteur?
Nous ne sommes pas positionnés en fait comme les autres opérateurs, en ce sens où nous sommes les seuls à proposer ce genre de service au Maroc à ce jour : aucun autre garage ne vous vendra des véhicules d’occasion avec 6 mois de garantie, ne vous montrera le rapport d’expertise technique détaillé, ne vous vendra à crédit, etc…
Cependant, il y a bien entendu eu des réactions diverses. Par exemples, des «samsaras» se postent devant notre show-room pour tenter de «récupérer» nos clients et leurs faire miroiter de meilleures affaires. D’autres samsaras surenchérissent auprès de loueurs auxquels nous rachetons des parc VO, quitte à vendre au final à perte, ce qui est à notre sens une attitude suicidaire.
Mais, fort heureusement, notre clientèle ne s’y trompe pas : ceux qui recherchent des voitures d’occasion de qualité et sans mauvaises surprises savent qu’il trouveront leur bonheur chez nous.
Comment peut-on qualifier la demande, c’est-à-dire quel est le critère le plus déterminant auprès des acheteurs de VO : âge, carburant, marque, prix … ? Y a-t-il une dominante ?
Le critère prépondérant reste sans conteste le prix. Par ailleurs, le client recherche aussi la quadrature du cercle, c’est-à-dire qu’il demande une voiture pas chère, plutôt récente, en très bon état, diesel, et bien sûr… à un prix impossible ! Il est évident qu’un véhicule qui répond à tous ces critères à la fois revendique un certain prix. Sinon, c’est que quelque chose ne va pas !
Pour notre part, à Master Auto, nous ne proposons que des véhicules de qualité, «prêts à démarrer», et tout cela pratiquement au prix du marché par ailleurs.
Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer depuis votre création ?
Disons qu’il est assez difficile d’habituer la clientèle à moins négocier, car nous affichons réellement le dernier prix de vente. Par ailleurs, le client qui veut vendre leur véhicule cherche souvent à nous vendre au prix auquel il vendrait à un particulier final.
En fait, nous cherchons à mettre en place -à notre niveau- de nouvelles habitudes de transactions en matière de VO.
C’est difficile, mais nous avons vraiment fait pas mal de chemin en deux ans.
Qu’en est-il pour Rabat, qui reste le deuxième marché automobile au Maroc ? N’y envisagez-vous pas l’ouverture d’un show-room?
Si, nous l’envisageons dans un court terme, mais il faut d’abord encore mieux asseoir notre concept et notre notoriété. Ce à quoi nous travaillons activement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *