Une édition spéciale pour les 100 ans de Skoda

Il y a un siècle, deux amis, Vaclav Laurin et Vaclav Klement, décidèrent de monter une fabrique de bicyclettes dans la ville de Mlada Boleslav. Une localité située dans la région Austro-Hongroise, qui allait devenir d’abord la Tchécoslovaquie (en 1918), puis la République tchèque dès 1993. Cinq ans plus tard, leur usine se lance dans la production de motos, puis celle des voitures. C’est ainsi qu’est née l’automobile Skoda, qui ne s’appellera ainsi qu’à partir de 1925, date où le groupe fondé par l’industriel Emil Skoda (en 1869) va racheter l’entreprise de Laurin et Klement.
La marque tchèque se lance alors dans le créneau de l’automobile de luxe, raffinée et de qualité. Un positionnement bien loin des clichés connus aux voitures «de l’Est» qui subsistent aujourd’hui encore dans l’esprit des gens. Car, durant l’entre-deux-guerres, la Tchécoslovaquie était une démocratie prospère, industriellement très avancée, où le niveau de vie pouvait être comparable à un pays riche comme la Suisse. Skoda est aussi un constructeur qui s’intéresse très tôt au sport.
Ainsi, en 1937, apparaît la Skoda Popular Monte Carlo. Un modèle qui n’aura de «populaire» que son nom, puisqu’il s’agira d’un séduisant coupé, profitant d’une ligne profilée et de quelques innovations technologiques (comme sa suspension à quatre roues indépendantes). Produit à 48 exemplaires, ce «bolide» qui frôlait les 100 km/h en vitesse de pointe (ce qui est assez rapide à l’époque) fut engagé plusieurs fois au Rallye du même nom. Viendront ensuite les Skoda de l’après-guerre, comme le cabriolet Tudor (dont le nom provient de l’anglais «two door») ou encore, le cabriolet Felicia 994 apparu en 1961.
Mais à partir des années 70, la marque commence à perdre un peu de son aura et de son avant-gardisme technologique. Toutefois, les Skoda restent bien plus robustes et fiables que les voitures soviétiques. Les années qui suivent sont alors celles de la stagnation, puis des grosses difficultés financières pour la marque tchèque… jusqu’à l’arrivée de l’ère Volkswagen. Ainsi, en 1991, le premier groupe automobile européen prend le contrôle de Skoda et entame un ambitieux plan de restructuration, avec à la clé le renouvellement de toute la gamme.
Aujourd’hui Skoda est une marque totalement rajeunie, bien que cette année, elle ait soufflé ses cent bougies. Pour commémorer cette occasion, le constructeur a décidé de produire une série assez spéciale de sa gamme actuelle. Il s’agit de la finition «Edition 100», qui habille l’intérieur des Skoda d’un intérieur en cuir et de quelques placages de chrome, à l’image de la plaque située au seuil des portières. Le tout complété d’une superbe palette d’équipements assez sophistiqués. Bref, un embourgeoisement comme pour rappeler le glorieux passé de la marque.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *