Hors-jeu : Crédibiliser notre candidature

La visite FIFA dépêche chez nous, à partir de demain, une commission pour s’enquérir des «capacités» du Maroc à s’acquitter correctement de l’organisation du Mondial 2010. Les déplacements prévus ciblent les infrastructures routières, hôtelières, sanitaires et communicationnelles. Pour la première fois depuis plus de quinze ans et quatre malheureuses candidatures, la confiance trouve un peu sa place dans le processus entrepris par l’Association Maroc 2010. Un optimisme qui force le destin, tellement on est devenu habitué à la tromperie et au gonflage de projets qui n’existent en réalité qu’à travers des maquettes. La visite de la commission de la FIFA a été minutieusement préparée. Au détail près. Depuis l’accueil jusqu’au moindre déplacement. En ce qui concerne l’infrastructure routière, personne ne peut nier les grands efforts déployés depuis quelques semaines déjà, que ce soit au niveau des autoroutes ou encore des artères de Casablanca, par exemple, qui sont radicalement transformées pour devenir enfin des avenues carrossables. Côté hôtellerie, il y a bien longtemps que des voix ont crié au scandale pour dénoncer les abus qui sévissent dans ce secteur. Depuis, une large campagne de contrôle et d’assainissement ont eut lieu de façon continue, jusqu’à aujourd’hui, pour re-situer et re-classer les unités hôtelières dans toutes les villes du Royaume. Il s’agit avant tout de l’enjeu touristique sur lequel notre économie mise beaucoup et le gouvernement met tout en place pour que les objectifs tracés dans ce sens soient atteints. En ce qui concerne les stades, les engins massifs de construction chamboulent les terrains de Marrakech et de Tanger alors que le chantier d’Agadir sera entamé à partir du mois de décembre prochain. Rien que ces faits visibles à l’oeil nu, de plus près et non d’un hélicoptère, sont capables de convaincre la commission en visite que le Maroc a rompu avec les procédures précédentes et la réputation que font véhiculer les détracteurs de notre pays. Que le Maroc soit le premier candidat à être visité est un bon présage en soi. Il paraît que l’effet de la première impression est souvent plus indélébile que ce qui vient après. Mais de là à être carrément certain, il faut que l’évidence crève les yeux. Car, il n’y a nulle certitude, dès qu’il est physiquement ou moralement possible que la chose soit autrement. Au-delà des infrastructures et du sérieux dont devrait prendre conscience ladite commission, il ne faut surtout pas sous-estimer ou négliger le facteur de la proximité géographique qui est tout à notre avantage. Il va sans dire que nous basons notre argumentation sur la bonne foi et le sérieux que nous accréditons aux responsables de l’Association 2010, et toutes les potentialités impliquées dans le soutien de notre dossier. Ce qui fait le bonheur des hommes, c’est d’aimer à faire ce qu’ils ont à faire. C’est lorsqu’il y a trop à dire qu’il faut s’efforcer d’être le plus court possible.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *