Post-scriptum : Respect et non récup

C’est dans le respect mutuel que doivent se mener les échanges –menés dans le cadre des prochaines élections– entre la classe politique et le mouvement associatif. Je ne parle pas ici de ladite «société civile» mais bel et bien du mouvement associatif de terrain, notamment les jeunes. En effet, les initiatives se multiplient –ce qui est bon signe– mais elles ne doivent pas se tromper d’objectif. Il s’agit de sensibiliser les jeunes au vote, d’attirer l’attention des partis sur la jeunesse et ses attentes et en aucun cas de «débaucher» les jeunes de leurs associations pour en faire les «troupes» des partis –en mal de jeunesse– à l’approche des élections, et les «laisser tomber» une fois celles-ci passées. Le secrétariat d’Etat à la Jeunesse, grâce à ses forums civiques au sein des Maisons de jeunes, va dans le sens de la sensibilisation et pour y avoir participé, j’ai pu mesurer la qualité des débats. L’initiative du parti de Benatik de mettre en présence, jeunes du peuple et «leaders jeunes» de différentes mouvances politiques est également positive. Je voudrais vous parler ici de la démarche du réseau Maillage afin d’illustrer mon propos «Respect et non Récup». Les 43 associations de jeunes de Maillage regroupant quelque 5000 jeunes ont initié une démarche militante et associative. Après le premier «Grand Oral de la jeunesse» tenu à Rabat sur le thème «La parole aux jeunes» et le second à Casablanca «Les jeunes : droits et devoirs», ces associations de jeunes des quartiers populaires ont initié une campagne d’inscriptions sur les listes électorales baptisée : «La carte d’électeur, mon passeport pour choisir». Outre la confiance et la crédibilité, c’est l’envie qu’il faut donner  à ces jeunes et pour cela proposer un choix. Ces jeunes militants associatifs ont choisi de s’adresser aux politiques par l’intermédiaire d’un document baptisé : question’ere, dans lequel 5 engagements vis-à-vis du mouvement associatif et de la jeunesse sont proposés.
1- La création de Conseils de la jeunesse, auprès des Conseils de ville, ayant un rôle propositionnel et consultatif.
2- L’institution d’un «quota jeunes» dans les instances dirigeantes des partis et sur les listes de candidatures aux élections locales et nationales.
3- L’inscription automatique ainsi que la délivrance systématique de la carte d’électeur à tout jeune atteignant 18 ans.
4- L’interdiction faite aux élus d’un Conseil de ville de présider une association locale, sur le territoire où s’exerce leur mandat.
5- Le soutien au mouvement associatif de terrain, notamment en mettant à disposition les locaux inusités, dans les quartiers.
Les réponses faites par les partis seront ensuite publiées sur le site de Maillage : «réseau-maillage.ifrance.com». Que l’on ne s’y trompe pas, cette démarche est une démarche jeune, citoyenne et novatrice, en s’adressant aux politiques, ces jeunes ne se mettent ni «en vente» ni en position d’être «récupérés».
L’indépendance de ces associations de jeunes doit être respectée, ces jeunes militants associatifs s’engageant eux-aussi à proclamer aux jeunes «Votez pour  qui vous voulez, mais votez !». Les jeunes de Maillage veulent ainsi être utiles à l’ensemble de la jeunesse, et pour cela rester des militants associatifs indépendants.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *